Port d’Âmes à -50% en numérique jusqu’à la fin du mois

Bon, pour être très exact, c’est -44%, des histoires de décimales à bien placer, mais : tout est dans le titre. Jusqu’au 30 juin, Port d’Âmes est à 4,99 € au lieu de 8,99 € en numérique sur toutes les plate-formes. Roman d’aventures mais aussi réflexion sur la mémoire, l’identité et (gasp) l’amour, ce récit s’insère dans l’univers d’Évanégyre tout en étant totalement indépendant de tous les autres textes publiés.

Rhuys ap Kaledán est un héritier déchu.

Tout juste libéré de la servitude et des galères, il rejoint la cité franche d’Aniagrad, où tout se vend et tout s’achète, pour reconquérir l’honneur de sa famille. L’occasion lui en est rapidement donnée : Edelcar Menziel, un ancien ami de son père, lui propose de travailler sur la conversion dranique, un procédé perdu depuis des siècles qui permettrait de réaliser des machines magiques.  Résolu à tracer son chemin dans la haute société de la ville,  le jeune homme s’investit de tout son cœur dans le projet.

Mais bientôt, coincé entre des intrigues politiques et son amour pour une mystérieuse jeune femme qui vend des fragments de son âme pour survivre, Rhuys découvre que le passé recèle des secrets bien sombres et tortueux. Aux prises avec l’ambition, la duplicité et le mensonge, il devra se montrer plus rusé que ses ennemis s’il veut atteindre son but sans perdre son âme.

Finaliste du prix Imaginales du roman

Finaliste du prix Imaginales des lycéens

Finaliste du prix Elbakin

Couv. François Baranger

À noter également que Tattoo Blues de Julien Heylbroeck et Le Phare au corbeau de Rozenn Illiano sont eux aussi à -50% jusqu’à la fin du mois ! (Enfin, eux, en vrai, c’est -55 et -58%. Damned.)

2020-06-06T20:53:22+02:00mercredi 10 juin 2020|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Port d’Âmes à -50% en numérique jusqu’à la fin du mois

Assistez à la table ronde virtuelle « Game of Thrones, modèle ou inspiration ? » [Colloque virtuel Imaginales]

Table ronde is coming :

Dans le cadre du colloque universitaire « Game of Thrones : nouveau modèle pour la fantasy ? », organisé par les Imaginales, une table ronde se déroulera sous forme d’une session Zoom, le jeudi 11 juin à 18h30, et sera animée par Stéphanie Nicot, avec Emmanuel Chastellière, Silène Edgar, Estelle Faye, Aurélie Wellenstein et moi-même, sur le sujet de l’influence que la célèbre saga peut avoir sur le genre, notamment en France. Très honoré (et hâte) d’y participer en direct de mes rideaux Twin Peaks !

Il est possible d’y assister en direct, jusqu’à concurrence de 100 personnes : suivez ce lien pour vous inscrire !

2020-06-10T18:54:28+02:00jeudi 4 juin 2020|À ne pas manquer, Entretiens|Commentaires fermés sur Assistez à la table ronde virtuelle « Game of Thrones, modèle ou inspiration ? » [Colloque virtuel Imaginales]

Contes hybrides finaliste du prix Bob Morane !

Couv. Victor Yale

Eh bien ! Après la nomination du prix Vampires & Sorcières (félicitations aux lauréats !), voilà que le petit Contes hybrides est également finaliste du prix Bob Morane !

C’est un tel plaisir pour moi de voir ce livre rassembler toute cette attention et cette satisfaction. Merci aux éditions 1115 pour avoir rendu ce projet possible, et merci infiniment au jury de l’avoir retenu parmi sa sélection de l’année 2020 !

La liste complète des finalistes :

ROMANS FRANCOPHONES

Gwenn Ael : Les Mutilés, Évidence Éditions
Barbéri Jacques : L’Enfer des masques, La Volte
Serge Brussolo : Anatomik, Bragelonne
Sandrine Destombes : Madame B, Hugo
Catherine Dufour : Danse avec les lutins, L’Atalante
Karine Giebel : Ce que tu as fait de moi, Belfond

ROMANS TRADUITS

Katherine Arden : L’Ours et le rossignol, Éditions Denoël (traduit par Jacques Collin)
Robert Anson Heinlein : Waldo, Le Belial’ (traduit par Pierre-Paul Durastanti)
Stephen King : L’Outsider, Albin Michel (traduit par Jean Esch)
Kim Stanley Robinson : Aurora, Bragelonne (traduit par Florence Dolisi)
Martha Wells : Défaillances systèmes : Journal d’un assasynth, l’Atalante (traduit par Mathilde Montier)

NOUVELLES

Christophe Corthouts-Collins : Mémoires vivaces, Évidence Éditions
Lionel Davoust : Contes hybrides, Éditions Mille Cent Quinze
Bruno Pochesci : L’Espace, le temps et au-delà, Flatland
Tade Thompson : Les Meurtres de Molly Southbourne, Le Bélial’

COUP DE COEUR

Jean-Pierre Andrevon : Anthologie des dystopies, les mondes indésirables de la littérature et du cinéma, Vendémiaire
Xavier Maumejean & Didier Graffet : Effluvium, Bragelonne
Tolkien, voyage en Terre du milieu, le catalogue de l’exposition publié par la BNF

Félicitations à toutes et tous !

2020-07-30T09:26:08+02:00lundi 25 mai 2020|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Contes hybrides finaliste du prix Bob Morane !

Nouvel atelier d’écriture à distance : « Écrire une histoire grâce au conflit, notion fondamentale de la narration »

Je l’ai déjà dit en ces lieux : la notion de conflit en narration est le concept qui m’enthousiasme le plus à étudier et à transmettre. C’est bien loin de l’opposition binaire entre un « gentil et un méchant », et même de la notion qu’il faut « un bon adversaire » dans une histoire – plutôt une « bonne adversité » ; la notion de conflit, bien comprise, s’applique à mon sens à toutes les histoires, de la fantasy épique au roman sentimental, jusqu’à l’autobiographie. Elle est la chair des histoires. Je ne cesse de la comprendre davantage, et elle m’apporte toujours davantage d’angles intéressants pour m’inspirer, raconter, comprendre les rythmes et les respirations de mes récits.

Je suis donc ravi d’annoncer qu’après avec conduit plusieurs ateliers en présentiel sur cette notion, je vous propose avec l’école Les Mots un atelier à distance proposant dix semaines d’écriture intensive, avec retours personnalisés :

Bien des écoles de création littéraire américaine résument la notion d’histoire à celle de conflit. Où est l’adversaire ? Qui les personnages doivent-ils vaincre ? Mais cette notion est souvent mal comprise, résumée à une opposition binaire entre deux camps et à une confrontation souvent fondée sur la violence. Or, dans le contexte de la création narrative, elle est bien plus vaste : elle représente l’énergie fondamentale de tout récit, tandis qu’elle exprime, de façon globale, la notion de difficulté et de tension, qui sous-tend toute intrigue romanesque. 

À la fois question préparatoire féconde et boussole pour s’extirper d’une impasse littéraire, la notion de conflit en narration forme un socle dont la compréhension profonde aide l’auteur à rendre ses récits plus efficaces, plus prenants, tout en simplifiant son travail en lui fournissant les questions cruciales qui l’aideront à progresser dans son histoire. Et, loin d’un affrontement binaire de film à grand spectacle hollywoodien, elle lui permettra au contraire, s’il le désire, de complexifier ses intrigues et ses personnages sans jamais sacrifier le suspense et l’intérêt du lecteur. 

Un atelier à distance, comment ça marche ?

C’est simple : chaque vendredi, vous recevez dans votre boite email un exercice d’écriture autour de la notion, suivant une progression pédagagique de semaine en semaine. L’exercice, portant sur la prose et la narration, est à faire chez soi. Il s’agit donc d’un atelier où l’on écrit quand on veut, dans le train, tard la nuit, tôt le matin… mais en solitaire.

Le vendredi suivant, vous envoyez votre texte et je vous propose un retour personnalisé sur les points forts et les points faibles du texte, en vous donnant des conseils pour la suite. L’idée étant bien sûr de progresser… 

Par ailleurs, à travers une adresse dédiée liée, vous avez la liberté de partager vos textes avec les autres participants de l’atelier, lire les leurs, et peut-être ainsi vous composer un début de petite communauté si vous le souhaitez !

L’atelier se déroulera du 28 août au 30 octobre. Les places sont limitées à 20, donc si vous êtes intéressé.e, ne tardez pas !

Inscriptions, informations et tarifs sur cette page.

2020-05-20T18:39:58+02:00mercredi 20 mai 2020|À ne pas manquer, Technique d'écriture|2 Commentaires

Contes hybrides finaliste du Vampires & Sorcières award !

Incroyable !

Contes hybrides est finaliste non pas une, mais deux fois du Vampires & Sorcières award. Okay, la deuxième fois, j’y suis pour rien, puisque c’est Victor Yale, le plasticien qui a réalisé la superbe couverture, qui est nominé – et un immense merci à lui (la sculpture de couverture existe réellement).

Ça vous fait déjà quelque chose de voir un de vos bouquins dans une sélection, mais alors là, deux fois ! (La première étant dans la catégorie recueil / anthologie. Bon, okay, là, j’y suis pour quelque chose.)

Un immense merci au jury pour cette présélection ! C’est super de voir ces textes retenus (et merci aux éditions 1115 qui leur ont redonné vie). Le vote final se fera sur vote du public sur cette page.

La sélection

2020-05-04T09:12:50+02:00lundi 20 avril 2020|À ne pas manquer|3 Commentaires

Imaginales, l’anthologie du confinement : une nouvelle gratuite chaque jour !

Les chouettes initiatives se poursuivent !

Les Imaginales, les éditions Mnémos et les auteurs ont le plaisir de vous offrir un texte par jour pour une anthologie gratuite spéciale, concoctée par Stéphanie Nicot à partir de dix ans d’anthologies annuelles !

« Frontières », prévue pour être l’anthologie des Imaginales 2020, est bouclée, et en cours de correction ; mais elle ne sera publiée que lors des prochaines Imaginales (27-30 mai 2021).

Le festival des mondes imaginaires d’Épinal n’a cependant pas voulu faire l’impasse sur ce panorama annuel de la fantasy (2009-2016), puis, plus largement, des littératures de l’imaginaire (depuis 2017). Nous avons donc choisi, pour vous aider à vivre le plus sereinement possible cette période de confinement, onze auteurs et autrices de talent, dont quatre « coups de cœur » des Imaginales (Charlotte BOUSQUET, Lionel DAVOUST, Estelle FAYE, Rachel TANNER), sans oublier Julien d’HEM, la révélation de la première anthologie, dont nous avons publié la première nouvelle.

Nous avons également mis l’accent sur les récits humoristiques, entre vraie drôlerie (Silène Edgar) et rire grinçant (Maïa MAZAURETTE, Philippe TESSIER). Nous aurions aimé intégrer certaines grandes signatures de la fantasy, mais leurs textes ont, depuis, été repris en recueils, quand d’autres étaient trop longs…

Cette « anthologie du confinement n’est donc pas un « best of », mais plutôt une déambulation parmi les signatures de qualité qui se sont succédé de 2009 à 2019 ; elle vous donnera peut-être l’occasion de découvrir de nouveaux écrivains, et ainsi, lors de la réouverture de vos librairies préférées, de vous procurer leurs romans et recueils, voire l’une ou l’autre de nos anthologies thématiques.

Bonnes lectures !

J’ai l’honneur d’y figurer avec « Une Forme de démence », initialement parue dans Destinations en 2017, un hommage cryptique à vous-savez-qui en fantasy, un texte qui me tient à cœur à travers ce qu’il raconte sur la création, qu’elle soit littéraire ou collective.

Merci à Stéphanie Nicot de l’avoir retenu, et à tous les partenaires qui rendent possible cette anthologie virtuelle !

Au sommaire

Rois et Capitaine (2009)
Julien D’HEMLe Crépuscule de l’Ours

Magiciennes et Sorciers (2010)
Maïa MAZAURETTE, Exaucée

Victimes et Bourreaux (2011)
Charlotte BOUSQUETLa Stratégie de l’araignée

Reines et Dragons (2012)
Érik WIETZELLe Monstre de Westerham

Elfes et Assassins (2013)
Rachel TANNERLa Nature de l’exécuteur

Bardes et Sirènes (2014)
Régis GODDYNTant qu’il y aura des sirènes

Trolls et Licornes (2015)
Silène EDGARLe Troll médecin

Fées & Automates (2016)
Estelle FAYESmoke and Mirrors

Destinations (2017)
Lionel DAVOUSTUne Forme de démence

Créatures (2018)
Jean-Claude DUNYACH, Casser la coquille

Natures (2019)
Philippe TESSIERQui se souvient des hômlas ?

Pour découvrir les textes et s’abonner, rendez-vous ici !

2020-04-28T10:33:37+02:00jeudi 16 avril 2020|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Imaginales, l’anthologie du confinement : une nouvelle gratuite chaque jour !

La Route de la Conquête GRATUIT en numérique pour tenir pendant le confinement ! [72 heures]

Avec des MAJUSCULES parce que c’est IMPORTANT auguste LECTORAT :

Couv. François Baranger

Les éditions Critic et moi sommes heureux de nous associer à l’opération Bol d’Air, qui offre un livre électronique par jour pour aider à tenir pendant le confinement.

Pendant 72 heures, La Route de la Conquête est donc disponible gratuitement au téléchargement en vous rendant sur le site dédié. Pas de fil à la patte, pas d’inscription à une liste de diffusion cachée, juste la possibilité de télécharger le bouquin et plein d’autres extrêmement chouettes pour… ne pas devenir chèvre, comme cette bannière que j’adore le propose.

En espérant que le livre vous fera voyager ! (Petit bonus si vous connaissez « Les Dieux sauvages » ou Port d’Âmes : certains textes de La Route de la Conquête s’y relient subtilement…)

On la surnomme la Faucheuse. Débarquée trente ans plus tôt dans le sud, la généralissime Stannir Korvosa assimile méthodiquement nations et tribus au sein de l’Empire d’Asreth, par la force si nécessaire. Rien ne semble résister à l’avancée de cette stratège froide et détachée, épaulée par des machines de guerre magiques.

Parvenue à l’ultime étape de sa route, elle est confrontée à un nouveau continent – un océan de verdure où vivent des nomades qui ne comprennent pas les notions de frontières ou de souveraineté. Elle doit pourtant affirmer l’autorité impériale car, dans le sous-sol de la steppe, se trouvent des ressources indispensables pour Asreth. Mais après une vie de conquête, Korvosa pourrait bien rencontrer la plus grande magie qui soit… et affronter un adversaire inédit : le pacifisme.

> L’opération Bol d’Air <

2020-04-18T08:53:12+02:00mardi 14 avril 2020|À ne pas manquer|6 Commentaires