Blogueurs, twittos, fans de réseaux sociaux : Parler des livres autrement ? [café littéraire aux Imaginales 2017]

Photo © ActuSF

Ainsi que j’en ai parlé quant à la petite réorganisation du blog, j’ai déporté les chroniques sur les réseaux sociaux seuls et cela me laisse donc le loisir de rattraper des choses que je dois poster depuis des mois… et parmi celles-ci, il y a quelques entretiens et cafés littéraires captés en festival. Notamment celui-ci où, ça tombe bien, on parle de réseaux sociaux dans le cadre des livres aux Imaginales 2017, avec Samantha Bailly, animé par Christophe de Jerphanion.

La captation est réalisée par ActuSF, et le débat peut être écouté ou téléchargé librement sur cette page.

2018-01-28T15:18:57+01:00mardi 6 février 2018|Entretiens|1 Comment

Faut que ça saigne ! La fantasy épique, ça bastonne (débat aux Imaginales 2017)

Jean-Luc Rivera, Olivier Gay, LD, Gabriel Katz, Bradley P. Beaulieu, Morgane Saysana. © ActuSF

Ahem. Je suis ridiculement en retard pour partager un certain nombre de débats, entretiens, tables rondes, mais disons que c’est une façon de se remettre dans l’ambiance… ? (Et aussi, comme j’ai beaucoup de boulot, cela me permet de proposer quelque chose, j’avoue, pour un minimum d’effort de mon côté)

Donc, ActuSF a réalisé comme tous les ans les captations des débats des Imaginales, et je vais rattraper mon retard dessus dans les jours à venir. On commence par un débat sur la fantasy épique, modéré par Jean-Luc Rivera, avec Olivier Gay, Gabriel Katz, Bradley P. Beaulieu (trad. Morgane Saysana) et mon Apple. Ma pomme. Pardon.

Le débat est disponible en streaming ou téléchargement sur cette page et merci comme toujours à ActuSF de constituer cette mémoire vivante au fil des ans.

2017-10-11T10:31:44+02:00mercredi 11 octobre 2017|Entretiens|Commentaires fermés sur Faut que ça saigne ! La fantasy épique, ça bastonne (débat aux Imaginales 2017)

« Une Forme de démence » dans Destinations, l’anthologie des Imaginales 2017

Laissons parler la quatrième de couverture, qui présente l’ouvrage bien mieux que je ne pourrais le faire, et qui est, après tout, faite pour…

Autour du thème des Imaginales 2017, Destinations, l’anthologie officielle du festival, offre ses multiples feux, entre lieux étranges et voyages initiatiques, espaces lointains et abysses glacés, îles englouties et messages de la Voie lactée. Bienvenue au pays de tous les imaginaires !

Couv. Julien Delval

L’anthologie réunit quatorze textes, entre fantasy et science-fiction. Polysémique, notre sujet a entraîné nos auteurs – maîtres du genre et nouvelles plumes – à s’intéresser à la naissance des nations (Le Roi Cornu), au destin de personnages misérables (L’Aiguillon de l’amour), aux vaisseaux spatiaux lancés dans l’espace (Sans destination, Essaimage, Hoorn), ou à une planète apparemment banale (Chrakrouar III). D’autres assument avec brio les archétypes de la fantasy (Bucéphale au coeur des ombres, La Voix des renards pâles, La Source) ou mélangent les genres (FIN, Ivresses et profondeurs, Jehan de Mandeville, Le Livre des merveilles du monde, La Voix des profondeurs).

Une Forme de démence clôt ce volume en nous contant avec émotion le plus étrange des voyages : celui que nous faisons dans l’imaginaire des écrivains.

Je suis très heureux de participer de nouveau cette année à cette splendide série d’anthologies qui, mine de rien, depuis neuf ans (fichtre), promeut la fantasy d’expression française – et tous les imaginaires. Car, auguste lectorat, si tu es habitué de l’événement, tu remarqueras peut-être que la formule de l’ouvrage change légèrement cette année et propose à présent quelques incursions vers la SF et le fantastique, réunissant donc les trois genres de l’imaginaire.

Au sommaire

  • G. D. Arthur
  • Pierre Bordage
  • Charlotte Bousquet
  • Fabien Cerutti
  • Grégory Da Rosa
  • Lionel Davoust
  • Victor Dixen
  • Estelle Faye
  • Loïc Henry
  • Stefan Platteau
  • François Rouiller
  • Jean-François Thomas
  • Adrien Tomas
  • Aurélie Wellenstein

À propos d’« Une Forme de démence »

Inspiré par quelques pérégrinations récentes qui risquent de virer à la monomanie, « Une Forme de démence » relate l’histoire d’un vieux professeur d’université, créateur d’un monde fantastique novateur et unique, qui embauche une étudiante, Edda, pour l’aider à mettre ses notes en ordre. Mais la création, et son créateur, cachent un secret qui risque de renverser à jamais la vision qu’Edda a du monde… et peut-être celle du lecteur également.

C’est une histoire intimiste avec un certain nombre de références cachées (mais nullement nécessaires pour l’apprécier) ; j’avoue qu’avec cette nouvelle, j’aimerais payer en filigrane ma dette au plus grand créateur de monde qui soit, et sans l’imaginaire de qui beaucoup d’entre nous ne seraient probablement pas là.

La page du texte est en ligne sur le site, accessible ici.

L’anthologie est disponible en avant-première pendant le festival, cette fin de semaine, pour une sortie officielle début juin.

2017-10-30T11:39:20+01:00mercredi 17 mai 2017|À ne pas manquer|2 Commentaires

Ce week-end, retrouvons-nous aux Imaginales !

Affiche Julien Delval

Et voilà, auguste lectorat, le plus grand rendez-vous de la fantasy de l’année (et l’un des quelques majeurs dans le domaine de l’imaginaire) se déroule cette fin de semaine. « Fin de semaine » au sens français et non québécois, car le festival commence jeudi 18 mai et se termine dimanche 21. Pour ma part, il commence le mercredi, puisque se tient la masterclass des Imaginales que j’ai la joie d’animer cette année encore avec Jean-Claude Dunyach.

Je présenterai La Messagère du Ciel, premier volume de la trilogie « Les Dieux sauvages », et j’aurai aussi bien sûr aussi la réédition poche de Port d’Âmes chez Folio SF. Je participe également à nouveau cette année à l’anthologie officielle du festival, mais ce sera pour l’entrée de demain (j’avais prévenu que j’avais beaucoup de choses à rattraper…). J’aurai l’honneur d’accompagner deux invités étrangers en traduction sur les tables rondes, cette année Christopher Priest et Jim C. Hines (je m’occupe de sa série Magie Ex Libris à L’Atalante par ailleurs, dont le deuxième tome, Lecteurs Nés, vient de sortir – là aussi, j’en reparlerai dans une future entrée).

En attendant, voici le programme des cafés littéraires où j’interviendrai autour de mon travail. Je signale tout particulièrement la présence d’un entretien d’une heure  autour de l’univers d’Évanégyre, dimanche à 12h et mené par Christophe de Jerphanion : on parlera probablement de la genèse de l’univers, de son propos, de son rapport à l’histoire… et des meilleures portes d’entrée. (Spoiler, il n’y en a pas – tout est indépendant.) Christophe confie sur Facebook que « chaque année, un auteur viendra présenter l’univers qu’il a imaginé » ; je suis ravi d’ouvrir le bal de cette initiative avec Évanégyre !

[add_eventon_list event_type_2= »302″ hide_empty_months= »yes » ]

Je suis vraiment impatient d’y être, même si je finis chaque année sur les rotules, mais ces journées, c’est du plaisir en barres ! À Épinal, donc !

2017-05-23T16:19:12+02:00mardi 16 mai 2017|À ne pas manquer|7 Commentaires

Il est encore temps de s’inscrire à la masterclass des Imaginales 2017

Affiche Julien Delval

Mes excuses par avance, auguste lectorat : j’ai à peu près douze mille nouvelles d’importance à annoncer, que j’ai retenues pendant les élections ; mais à présent que nous sommes assurés de vivre encore en république, je vais m’efforcer de rattraper tout cela de manière ordonnée et la plus digeste possible.

Le plus urgent (parce que c’est la semaine prochaine), c’est qu’il reste des places pour la masterclass des Imaginales « Corriger son manuscrit et envisager l’édition ».

Jean-Claude Dunyach et moi-même l’animerons le mercredi 17 mai (juste avant le festival) : c’est une journée intense de formation sur le bouclage, la correction et la soumission des manuscrits. Aucun pré-requis n’est toutefois nécessaire pour s’inscrire ; c’est sûr que s’être confronté à l’écriture rendra l’entreprise plus profitable (ne serait-ce que parce qu’on s’est frotté aux difficultés et commence à identifier les questionnements), mais ce n’est nullement obligatoire.

Démarche novatrice initiée par les Imaginales, cette journée de formation à l’écriture vous offre l’occasion de porter votre travail d’auteur à un niveau professionnel. Encadrés par deux écrivains de fantasy et de SF confirmés,Lionel Davoust et Jean-Claude Dunyach, vous découvrirez en quoi l’écriture est un métier et acquerrez méthodes et techniques pour vous guider dans l’évaluation et l’amélioration de votre propre manuscrit.

Vous aider à franchir l’échelon professionnel dans l’écriture

Cette journée d’échanges et d’enseignement (mercredi 17 mai 2017) vise à armer les jeunes auteurs pour la transition de l’écriture vers la publication : comment passe-t-on de l’envie d’écrire au métier d’écrivain ?

Au cours des dix dernières années, sites, livres et forums d’aide à l’écriture se sont multipliés. Il est aujourd’hui plus facile que jamais de travailler sur un livre. Mais comment l’achever, puis l’amener au meilleur niveau de qualité possible ? Comment se corriger, s’améliorer ? Comment et pourquoi le présenter à un éditeur ? Quels sont les rouages de la fameuse « économie du livre » ?

Passer du statut d’amateur passionné à celui de jeune professionnel de l’écriture, voilà l’ambition de cette journée de formation, à travers des thèmes tels que :

  • approcher l’écriture en songeant au public, sans sacrifier le cœur de son histoire ;
  • savoir se lire avec recul pour parfaire son manuscrit ;
  • les relations avec le monde éditorial ;
  • la rémunération des auteurs…

Cette journée de formation est destinée à ceux qui se sont lancés dans la rédaction d’un livre, voire l’ont terminé, et pensent à l’étape suivante, la publication professionnelle ; mais aussi à ceux qui ont envie d’écrire des histoires et désirent acquérir une vision panoramique du monde de l’édition.

La journée s’articule autour de présentations sur un sujet donné (l’attitude professionnelle, les corrections, les relations avec le monde éditorial…), suivies de temps de discussion et de débats autour des difficultés rencontrées par les stagiaires dans leur propre travail.

Inscrivez-vous au plus vite à cette journée de formation aux places limitées : une chance unique proposée par les Imaginales de propulser votre envie de raconter à un niveau supérieur !

Le tarif de cette journée est fixé à 60 euros ; pour s’inscrire, le bulletin d’inscription se trouve ici.

2017-05-23T16:19:22+02:00mardi 9 mai 2017|Technique d'écriture|3 Commentaires

Les finalistes du prix Imaginales 2017 sont annoncés (avec Le Bibliomancien, de Jim C. Hines)

Couv. Nicolas Fructus

Honneurs et trompettes, auguste lectorat : les finalistes du prix Imaginales – qui récompense depuis plus de dix ans les meilleures œuvres de l’année en fantasy – ont été annoncés.

Je suis ravi de voir cité Le Bibliomancien, de Jim C. Hines, dont je me suis occupé de la traduction (le deuxième tome ne devrait pas tarder à sortir). J’ai déjà dit tout le bien que j’en pensais – pas de mon travail, on est d’accord, mais du fait que je suis très heureux d’avoir pu servir de passeur à cette œuvre positive et fun qui constitue une déclaration d’amour à la lecture, à la SF et à la fantasy. Hines sera présent au festival, qui a lieu cette année du 18 au 21 mai – dois-je encore répéter qu’il faut absolument venir à cette grande fête chaleureuse de l’imaginaire ?

Félicitations à toutes et tous !

Catégorie roman francophone :

Christophe ARLESTON, Le Souper des maléfices (Actusf)
Anthelme HAUCHECORNE, Journal d’un marchand de rêves (L’Atelier Mosésu)
Romain D’HUISSIER, La Résurrection du dragon – Les Chroniques de l’étrange (Critic)
Emmanuel CHASTELLIÈRE, Le Village (Les éditions de l’instant)
Olivier GAY, La Main de l’empereur (Bragelonne)
Damien SNYERS, La Stratégie des as (Actusf)

Catégorie roman étranger traduit :

Anna STAROBINETS, Refuge 3/9 (Agullo), traduction de Raphaëlle Pache
China MIÉVILLE, Merfer (Outrefleuve), traduction Nathalie Mège
Brandon SANDERSON, Les Légions de poussière (Outrefleuve), traduction de Mélanie Fazi
Jim C.HINES, Le Bibliomancien – Magie ex-libris t.1 (L’Atalante), traduction de Lionel Davoust
Guy Gavriel KAY, Le Fleuve céleste (L’Atalante), traduction de Mikael Cabon
Marie BRENNAN, Le Tropique des serpents – Mémoire par Lady Trent t.2 (L’Atalante), traduction de Sylvie Denis

Catégorie jeunesse :

Aurélie WELLENSTEIN, Les Loups chantants (Scrineo)
Lucie PIERRAT-PAJOT, Les Mystères de Larispem (Gallimard)
Fabien CLAVEL, Panique dans la mythologie : l’Odyssée d’Hugo (Rageot)
Roxanne DAMBRE, Ceux qui marchent dans les ombres – Scorpi t.1 (Calmann-Lévy)

Catégorie illustration :

Aurélie POLICE, pour les couvertures de la trilogie La Voie des oracles, d’Estelle FAYE (Scrineo)
Carnets de croquis, (Armada)
Nicolas FRUCTUS, pour les illustrations de Gotland, (Le Bélial)
Marc SIMONETTI, pour la couverture de Le Village, d’Emmanuel CHASTELLIÈRE (Les éditions de l’instant)
Richard HENRY, pour la couverture de L’Héritage des sombres, de Pascal LOVIS (Société jurassienne d’émulation)

Catégorie nouvelle :

Jean-Claude DUNYACH, Le Clin d’œil du héron (L’Atalante)
Karim BERROUKA, Le Truc qui ressemble à une machine – in Anthologie officielle des Utopiales 2016 (Actusf)

Catégorie prix spécial du Jury :

Tome SHIPPEY, J.R.R Tolkien, auteur du siècle (Bragelonne), traduction d’Aurélie Brémont
Marianne CHAILLAND, Game of Thrones, une métaphysique des meurtres (Le passeur)
Le numéro n°1044 d’Europe, avril 2016, consacré à Lovecraft et Tolkien

Source

2017-04-06T08:38:47+02:00jeudi 6 avril 2017|Le monde du livre|2 Commentaires