Construire une ville imaginaire (table ronde à l’Ouest Hurlant 2022)

Le festival l’Ouest Hurlant continue à mettre en ligne ses tables rondes captées cette année, disponibles en lecture directe ou bien sous forme de podcast. Merci à Corentin Daval pour sa modération de cet échange avec Claire Duvivier, Guillaume Chamanadjian autour des villes imaginaires !

2022-10-11T15:50:13+02:00mercredi 19 octobre 2022|Entretiens|Commentaires fermés sur Construire une ville imaginaire (table ronde à l’Ouest Hurlant 2022)

De quoi ça parle ? Port d’Âmes

Hop, une deuxième petite vidéo-pitch sur la chaîne YouTube De Quoi Ça Parle, cette fois sur Port d’Âmes :

Pour mémoire, Port d’Âmes se déroule dans le même univers que « Les Dieux sauvages », mais bien des siècles plus tard ; et les deux récits sont complètement indépendants… même si le lecteur attentif pourra déceler quelques passerelles (normal, c’est le même monde). Ce n’est absolument pas nécessaire pour apprécier les récits, il s’agit simplement de petits clins d’œil pour le ou la fidèle d’Évanégyre ! (Port d’Âmes est disponible en grand format ou en poche chez Folio SF.)

2021-02-06T12:28:49+01:00mercredi 10 février 2021|Entretiens|Commentaires fermés sur De quoi ça parle ? Port d’Âmes

-50% sur toutes les portes d’entrée à Évanégyre en novembre

Le saviez-vous ? Non, et vous avez bien raison, mais novembre c’est mon anniversaire, et donc, cadeau de la part de Critic !

Non, en fait il n’y évidemment aucun rapport : c’est à l’occasion de la sortie de L’Héritage de l’Empire (« Les Dieux sauvages » IV) le 20 novembre, et donc : quasiment tous les livres pouvant servir de porte d’entrée à l’univers d’Évanégyre – rappelons que les ensembles narratifs sont indépendants les uns des autres – sont à -50% en numérique jusqu’au 30 novembre.

Plus en détail :

La Route de la Conquête

Couv. François Baranger

On la surnomme la Faucheuse. Débarquée trente ans plus tôt dans le sud, la généralissime Stannir Korvosa assimile méthodiquement nations et tribus au sein de l’Empire d’Asreth, par la force si nécessaire. Rien ne semble résister à l’avancée de cette stratège froide et détachée, épaulée par des machines de guerre magiques.

Parvenue à l’ultime étape de sa route, elle est confrontée à un nouveau continent – un océan de verdure où vivent des nomades qui ne comprennent pas les notions de frontières ou de souveraineté. Elle doit pourtant affirmer l’autorité impériale car, dans le sous-sol de la steppe, se trouvent des ressources indispensables pour Asreth. Mais après une vie de conquête, Korvosa pourrait bien rencontrer la plus grande magie qui soit… et affronter un adversaire inédit : le pacifisme.

Lauréat du prix Exégète 2015

Finaliste du prix Elbakin 2015 / Finaliste du prix Imaginales 2015 / Finaliste du prix Mythologica 2016

➡️ Plus d’informations et commander

Port d’Âmes

Couv. François Baranger

Rhuys ap Kaledán est un héritier déchu.

Tout juste libéré de la servitude et des galères, il rejoint la cité franche d’Aniagrad, où tout se vend et tout s’achète, pour reconquérir l’honneur de sa famille. L’occasion lui en est rapidement donnée : Edelcar Menziel, un ancien ami de son père, lui propose de travailler sur la conversion dranique, un procédé perdu depuis des siècles qui permettrait de réaliser des machines magiques.  Résolu à tracer son chemin dans la haute société de la ville,  le jeune homme s’investit de tout son cœur dans le projet.

Mais bientôt, coincé entre des intrigues politiques et son amour pour une mystérieuse jeune femme qui vend des fragments de son âme pour survivre, Rhuys découvre que le passé recèle des secrets bien sombres et tortueux. Aux prises avec l’ambition, la duplicité et le mensonge, il devra se montrer plus rusé que ses ennemis s’il veut atteindre son but sans perdre son âme.

Finaliste du prix Imaginales du roman / Finaliste du prix Imaginales des lycéens / Finaliste du prix Elbakin.net

➡️ Plus d’informations et commander

La Messagère du Ciel (« Les Dieux sauvages » I)

Couv. Alain Brion

(Si vous voulez vous mettre à la série, c’est évidemment celui-là qu’il vous faut)

Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.

Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Prix Elbakin 2017 du meilleur roman de fantasy français

Prix Imaginaire Découverte 2018 des Petits mots des libraires

Présélection du prix littéraire de l’imaginaire Booktubersapp

➡️ Plus d’informations et commander

Comment choisir ?

En prenant les trois, bien entendu ! Quoi, comment ? Davantage de précisions ? Okay. Faisons extrêmement simple, en mode TL;DR. Vous voulez :

  • Une saga, épique, restant globalement dans les codes de la fantasy : La Messagère du Ciel.
  • De l’épique, mais en tome indépendant, à la frontière entre fantasy et SF, dans les territoires du planet opera : La Route de la Conquête.
  • Un roman indépendant, plus intimiste et initiatique, dans une ambiance pré-révolution industrielle : Port d’Âmes.
2020-11-30T18:33:04+01:00mercredi 11 novembre 2020|À ne pas manquer|2 Commentaires

Nouvelle session VIRTUELLE de l’atelier « Écrire une histoire grâce au conflit, notion fondamentale de la narration » (28-29 nov.)

EDIT 2020-11-02 : L’atelier est maintenu. Il se fera en virtuel, et c’est même une occasion unique d’y participer si vous n’êtes pas à Paris (il faut bien essayer trouver des avantages à la situation actuelle).

C’est ma notion favorite, celle dont la compréhension m’a ôté à jamais le questionnement de ce qui allait se passer ensuite dans une histoire, et qui m’a donné une grille de lecture pour dynamiser des histoires plus complexes, plus psychologiques (le retravail et la publication finale de Port d’Âmes vient directement de cela ; un hiatus de huit ans entre le premier jet et la totale réécriture qui a permis au roman de sortir sous sa forme aboutie). Le conflit en narration n’a rien à voir avec le conflit binaire entre un méchant et un gentil, mais parle de volontés, d’impulsions, de résistances et de dynamiques narratives de manière organique.

Alors que la session à distance sur la notion se terminera fin novembre, pour répondre à la demande de plus en plus nette sur le sujet, je suis ravi de reproposer un stage intensif à l’école Les Mots (Paris) sur le sujet :

Bien des écoles de création littéraire américaine résument la notion d’histoire à celle de conflit. Où est l’adversaire ? Qui les personnages doivent-ils vaincre ? Mais cette notion est souvent mal comprise, résumée à une opposition binaire entre deux camps et à une confrontation souvent fondée sur la violence. Or, dans le contexte de la création narrative, elle est bien plus vaste : elle représente l’énergie fondamentale de tout récit, tandis qu’elle exprime, de façon globale, la notion de difficulté et de tension, qui sous-tend toute intrigue romanesque. 

À la fois question préparatoire féconde et boussole pour s’extirper d’une impasse littéraire, la notion de conflit en narration forme un socle dont la compréhension profonde aide l’auteur à rendre ses récits plus efficaces, plus prenants, tout en simplifiant son travail en lui fournissant les questions cruciales qui l’aideront à progresser dans son histoire. Et, loin d’un affrontement binaire de film à grand spectacle hollywoodien, elle lui permettra au contraire, s’il le désire, de complexifier ses intrigues et ses personnages sans jamais sacrifier le suspense et l’intérêt du lecteur. 

Attention, le stage est limité à 12 places.

➡️ Informations pratiques et inscriptions

2020-11-27T17:49:17+01:00mercredi 28 octobre 2020|À ne pas manquer, Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Nouvelle session VIRTUELLE de l’atelier « Écrire une histoire grâce au conflit, notion fondamentale de la narration » (28-29 nov.)

Découvrir Évanégyre, écrire « Les Dieux sauvages » et s’organiser pour écrire [entretien sur eMaginarock]

Après sa chronique sensible (merci !) de Port d’Âmes et sa lecture splendide des premières pages (merci également !), c’est l’occasion de faire le point avec Anouchka sur La Messagère du Ciel, trois ans après la publication du parcours initiatique et sentimental de Rhuys ap Kaledán dans la ville tortueuse d’Aniagrad. Nous parlons de la meilleure manière d’aborder l’univers d’Évanégyre, de son ordre de lecture (astuce : il n’y en a pas), d’organisation et bien sûr d’écriture autour de « Les Dieux sauvages » et de ce qui a changé (ou non) depuis Port d’Âmes.

Tu es un auteur prolifique : pas moins de 9 parutions en moins de 10 ans, dont un recueil de nouvelles et la création de l’univers d’Évanégyre (sans compter les nouvelles publiées dans des anthologies diverses et variées). Peux-tu nous parler de cet univers, ses règles, ses systèmes de magie ?

Je crois qu’Évanégyre s’inscrit pile entre la fantasy et la science-fiction. À bien des titres, son esthétique se rapproche de la fantasy (on y parle de magie, il y a des époques médiévales claires), mais il est développé comme un planet opera, avec un vaste ensemble de récits tous indépendants les uns des autres, qui permettent toutefois au lecteur intéressé d’approfondir davantage l’histoire et les événements.

C’est à lire sur eMaginarock : encore merci, Anouchka, pour tes lectures attentives et ton intérêt pour Évanégyre !

2018-11-20T17:18:32+01:00mercredi 21 novembre 2018|Entretiens|5 Commentaires

Les premières pages de Port d’Âmes en lecture audio (+ chronique)

Anouchka, chroniqueuse de l’imaginaire et également talentueuse lectrice, propose un certain nombre d’extraits audio pour faire découvrir les livres qu’elle a aimés, avec l’accord des auteurs et éditeurs. On peut découvrir sur son profil Soundcloud beaucoup de belles pages (Karim Berrouka, Léo Henry, Michael Roch) !

Elle a également eu envie d’enregistrer le début du prologue de Port d’Âmes, et je la remercie grandement d’avoir retenu le livre dans sa sélection ! C’est toujours fascinant d’entendre l’interprétation d’autrui pour des pages que l’on a écrites soi-même, des scènes que l’on a visualisées et imaginées mentalement. Elle a parfaitement su rendre justice au côté tragique de ces premières pages, à l’impuissance et à la candeur de Rhuys dans son idéalisme (à tel point que je me suis moi-même dit, en découvrant l’extrait, « wow, la vache, c’est que ça rigole pas, en fait ») :

La lecture accompagne une chronique sur eMaginarock, lisible ici – merci également pour ce bel article ! Le webzine republie également ici l’interview que Thomas Riquet m’avait proposé à la sortie du roman.

2018-08-31T08:54:50+02:00mardi 4 septembre 2018|À ne pas manquer|5 Commentaires

En juin, demandez-moi tout ce que vous voulez chez Book en Stock

Okay, auguste lectorat, j’avoue, je fais appel au pronom honni « moi » mais il m’est difficile de faire autrement en l’occurrence à part circonlocution ridicule et finalement davantage ego-centrée…

Je suis absolument ravi, très touché et honoré d’être l’invité de Book en Stock pour le mois de juin, à travers un mois entier de discussion à bâtons rompus. L’idée : pendant un mois, chez Book en Stock, on discute ensemble ; et on peut discuter de tout, des livres bien évidemment, d’écriture, mais aussi de traduction, de biologie marine ou de saucisson si vous préférez. Toutes les questions sont bonnes, tous les sujets aussi (dans la limite de ce qui passe aux heures de grande écoute, malandrins) et je m’efforcerai d’apporter si possible des réponses tout aussi bonnes…

Ça commence donc demain. N’hésitez pas à passer sur le fil, à découvrir les modalités, et discutons, c’est l’occasion de le faire en grand détail comme on n’en a hélas pas souvent l’occasion à distance !

Merci à Dup et Phooka de Book en Stock pour l’accueil, ainsi qu’à Critic et Folio SF pour les partenariats qui rendent aussi cette rencontre possible, et à tous les participants bien sûr !

 

 

2017-06-24T09:09:26+02:00mercredi 31 mai 2017|À ne pas manquer|13 Commentaires

Ce week-end, retrouvons-nous aux Imaginales !

Affiche Julien Delval

Et voilà, auguste lectorat, le plus grand rendez-vous de la fantasy de l’année (et l’un des quelques majeurs dans le domaine de l’imaginaire) se déroule cette fin de semaine. « Fin de semaine » au sens français et non québécois, car le festival commence jeudi 18 mai et se termine dimanche 21. Pour ma part, il commence le mercredi, puisque se tient la masterclass des Imaginales que j’ai la joie d’animer cette année encore avec Jean-Claude Dunyach.

Je présenterai La Messagère du Ciel, premier volume de la trilogie « Les Dieux sauvages », et j’aurai aussi bien sûr aussi la réédition poche de Port d’Âmes chez Folio SF. Je participe également à nouveau cette année à l’anthologie officielle du festival, mais ce sera pour l’entrée de demain (j’avais prévenu que j’avais beaucoup de choses à rattraper…). J’aurai l’honneur d’accompagner deux invités étrangers en traduction sur les tables rondes, cette année Christopher Priest et Jim C. Hines (je m’occupe de sa série Magie Ex Libris à L’Atalante par ailleurs, dont le deuxième tome, Lecteurs Nés, vient de sortir – là aussi, j’en reparlerai dans une future entrée).

En attendant, voici le programme des cafés littéraires où j’interviendrai autour de mon travail. Je signale tout particulièrement la présence d’un entretien d’une heure  autour de l’univers d’Évanégyre, dimanche à 12h et mené par Christophe de Jerphanion : on parlera probablement de la genèse de l’univers, de son propos, de son rapport à l’histoire… et des meilleures portes d’entrée. (Spoiler, il n’y en a pas – tout est indépendant.) Christophe confie sur Facebook que « chaque année, un auteur viendra présenter l’univers qu’il a imaginé » ; je suis ravi d’ouvrir le bal de cette initiative avec Évanégyre !

novembre

pas d'événement

Je suis vraiment impatient d’y être, même si je finis chaque année sur les rotules, mais ces journées, c’est du plaisir en barres ! À Épinal, donc !

2017-05-23T16:19:12+02:00mardi 16 mai 2017|À ne pas manquer|7 Commentaires

Port d’Âmes est à présent disponible en poche !

Suite des nouvelles à annoncer, et à présent, Port d’Âmes dans sa réédition Folio SF devrait être arrivé dans toutes les bonnes librairies !

Couv. Alain Brion

J’ai déjà dit combien j’étais heureux de voir cette histoire reprise dans cette collection où se trouvent mes maîtres personnels et quantité d’auteurs que j’admire, aussi ne vais-je pas refaire l’article… Plutôt, de quoi s’agit-il ? Eh bien, c’est un roman situé dans l’univers d’Évanégyre, mais qui est totalement indépendant du reste, comme toujours. (À tel point qu’à cette époque, les récits de La Volonté du Dragon et La Route de la Conquête sont entrés dans le mythe.)

« Un proverbe prétend qu’à Aniagrad, tout se monnaye, même l’usage des miroirs. »

Rhuys ap Kaledán est un héritier déchu.

Tout juste libéré de la servitude et des galères, il rejoint la cité franche d’Aniagrad, où tout se vend et tout s’achète, pour reconquérir l’honneur de sa famille. L’occasion lui en est rapidement donnée : Edelcar Menziel, un ancien ami de son père, lui propose de travailler sur la conversion dranique, un procédé perdu depuis des siècles qui permettrait de réaliser des machines magiques.  Résolu à tracer son chemin dans la haute société de la ville,  le jeune homme s’investit de tout son cœur dans le projet.

Mais bientôt, coincé entre des intrigues politiques et son amour pour une mystérieuse jeune femme qui vend des fragments de son âme pour survivre, Rhuys découvre que le passé recèle des secrets bien sombres et tortueux. Aux prises avec l’ambition, la duplicité et le mensonge, il devra se montrer plus rusé que ses ennemis s’il veut atteindre son but sans perdre son âme.

L’année de sa sortie, Port d’Âmes a été finaliste de trois prix littéraires : prix Elbakin, prix Imaginales à la fois en catégorie adulte et lycéens (le fait qu’il ait ainsi pu parler à un large public m’a fait particulièrement plaisir). De même pour des supports d’horizons différents qui lui ont réservé un accueil favorable (BifrostSolaris, Elbakin.net…). Je ne dis pas ça pour ériger un monument à ma gloire, mais parce que l’avis de l’auteur sur son propre travail est probablement le moins intéressant de l’univers entier…

Bref, je suis enchanté que cette histoire puisse connaître une deuxième vie dans le splendide catalogue Folio, et j’espère que cela contribuera à vous la faire connaître plus largement encore. On aura de toute façon l’occasion d’en discuter aux Imaginales !

 

2017-05-08T19:59:53+02:00mercredi 10 mai 2017|À ne pas manquer|4 Commentaires

Retrouvons-nous cette fin de semaine à… Québec !


Cette fin de semaine (et non ce week-end), j’ai le très grand plaisir de traverser l’Atlantique pour aller au congrès Boréal / festival Imaginaires 2067 dans la Belle Province – merci à l’organisation pour cette invitation qui m’honore au plus haut point.

J’y proposerai notamment une classe de maître sur l’écriture de fantasy :

Comment construit-on un univers de fantasy qui tiendra la route au long cours ? Lionel Davoust, ingénieur de formation, soulignera les conséquences à tirer des hypothèses choisies pour imaginer un monde de fantasy tout en levant le voile sur le processus créatif et en donnant des pistes pour se lancer. Comment met-on en scène l’univers ainsi construit sans lasser le lecteur ? Enfin, si cet univers doit accueillir plusieurs histoires différentes et indépendantes, longues ou courtes, comment en assure-t-on l’entretien ? L’auteur proposera des enseignements généraux tirés de son expérience et il abordera aussi les tendances du genre, en particulier dans le marché français.

Nous aurons bien sûr plusieurs débats avec les camarades et collègues :

novembre

pas d'événement

J’espère que nous nous y retrouverons nombreux, et je suis vraiment très heureux de pouvoir venir à Québec ainsi.

Couv. Alain Brion

Pour la petite histoire, il y dix ans, j’y ai vécu un mois et c’est à cette occasion que j’ai jeté sur un bloc les bases d’une certaine magie à base de narguilés qui permettait de Transférer la charge émotionnelle d’un souvenir à quelqu’un d’autre. Port d’Âmes est né à bien des titres à Québec, à l’époque où ce n’était encore qu’une étincelle et une novella mal équilibrée.

Dix ans plus tard, le jour où j’atterrirai, le roman qui en est né ressortira en poche chez Folio SF, en même temps que la sortie de La Messagère du Ciel. Ce genre d’heureuses coïncidences vous emplissent de fascination et de reconnaissance pour l’existence. Merci à vous tous qui suivez de livre en livre, pour le chemin parcouru – et je lève mon verre métaphorique aux dix prochaines, si on le veut bien !

Pour en savoir plus sur l’événement, une seule adresse, son site bien sûr.

2017-05-07T21:56:26+02:00mardi 2 mai 2017|À ne pas manquer|1 Commentaire

Titre