Procrastination podcast s04e08 – Ce qui se passe en festival

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « s04e08 – Ce qui se passe en festival« .

Cette semaine, lever de rideau sur les coulisses des événements littéraires : que se passe-t-il de l’autre côté de la table, et quels en sont les atouts professionnels (… mais pas seulement) ?
Mélanie invite d’abord à réfléchir sur la distinction salon / festival, puis parle des publics des salons spécialisés et généralistes. Lionel insiste sur le rôle de découverte joués par les festivals auprès du grand public, surtout pour les genres de l’imaginaire au sens large. Estelle insiste sur la curiosité très forte dans ces milieux, ainsi que sur la passion et l’ouverture qui y sont sensibles, qu’il s’agisse des auteurs, éditeurs, blogueurs, et surtout lecteurs.

Références citées
– Convention française de science-fiction (site de l’édition 2020 : https://orleonautes-47-sf.blogspot.com (https://orleonautes-47-sf.blogspot.com))
– Festival Imaginales : http://www.imaginales.fr (et n’oublions pas les Utopiales, http://www.utopiales.org)
– Game of Thrones
– Roland C. Wagner

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2020-02-15T23:54:42+01:00lundi 3 février 2020|Procrastination podcast|0 commentaire

Persister, chaque jour (Steven Pressfield)

Je l’avais envoyée aux abonnés de la lettre d’informations, mais je me rappelle si souvent cette citation, alors que ma date de finalisation pour L’Héritage de l’Empire arrive à grands pas, et surtout, j’ai pu tellement en vérifier la vérité :

[W]hen we sit down day after day and keep grinding, something mysterious starts to happen. A process is set into motion by which, inevitably and infallibly, heaven comes to our aid. Unforeseen forces enlist to our cause; serendipity reinforces our purpose. This is the other secret that real artists know and wannabe writers don’t. When we sit down each day and do our work, power concentrates around us. The Muse takes note of our dedication. She approves. We have earned favor in her sight. When we sit down and work, we become like a magnetized rod that attracts iron filings. Ideas come. Insights accrete.

Steven Pressfield, The Art of War

(Livre chroniqué ici.)

Le plus difficile dans l’écriture est souvent de s’y mettre. Mais dès que l’on prend la résolution sincère de le faire, réellement, ou que l’on prend au moins soin de maintenir le projet présent à son esprit, alors les efforts de chaque jour s’accumulent et le total est supérieur à la somme des parties. Combien de sessions ai-je entamé à reculons pour découvrir une super idée une heure plus tard, qui valait à elle seule l’effort ? N’aurait-il pas été dommage de céder à la Résistance, aux bonnes excuses, au fait de me dire que « je ne suis pas dans l’esprit aujourd’hui » ?

Est-ce facile ? Oh diable, non. Mais j’ai décidé que c’était important. Alors, je le fais, quoi qu’il arrive. En ce qui me concerne, c’est ainsi qu’au bout d’un moment, je me retrouve avec une nouvelle, un livre, une saga écrits. (… et j’en suis souvent le premier étonné, pour tout dire.)

(J’avais dit que je partagerais des choses plus brèves et aléatoires ici cette année. Considère, auguste lectorat, que c’est une tentative en ce sens.)

2020-01-22T00:53:24+01:00mercredi 22 janvier 2020|Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Persister, chaque jour (Steven Pressfield)

Procrastination podcast S04e07 – Pitcher / faire un synopsis

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « S04e07 – Pitcher – faire un synopsis« .

Exercice difficile et souvent angoissant : vendre son travail à quelqu’un qui soit susceptible de l’acheter (comme un éditeur) consiste avant tout… à lui donner envie. C’est à cette fin que servent les outils pitch et synopsis. Estelle commence par les définir, à l’aide de son cursus, en mettant l’accent sur le destin des personnages. Lionel renchérit en donnant sa définition d’une histoire, où vont venir se refléter pitch et synopsis. Mais pour les réticent.es à l’exercice, pas de crainte : Mélanie est aussi l’exemple vivant qu’on peut construire une carrière d’autrice sans (presque) jamais avoir à en faire !

Références citées
– J. R. R. Tolkien
– Scapple https://www.literatureandlatte.com/scapple/overview (https://www.literatureandlatte.com/scapple/overview)
– Parchemins et Traverses
– Jérôme Akkouche
– Olivier Laurel

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2020-02-10T01:09:32+01:00mercredi 15 janvier 2020|Procrastination podcast|Commentaires fermés sur Procrastination podcast S04e07 – Pitcher / faire un synopsis

La synchro cloud de Scrivener un peu cassée sous iOS

Après en avoir chanté les louanges pendant plusieurs années, je vais devoir pour la première fois râler – et te mettre en garde, auguste lectorat : la synchronisation de la version iOS de l’application avec Dropbox est quelque peu dysfonctionnelle en ce moment, pour les machines passées sous iOS 13. Seul un petit nombre d’utilisateurs est touché mais j’en fais partie, et je ne vais pas risquer mon presque-gigaoctet-et-années-de-travail que représente le projet entier de « Les Dieux sauvages » dans les méandres d’un cloud un peu bancal, du coup je fais actuellement sans les versions mobiles de l’application, ce à quoi je peux survivre, mais ça peut être gênant pour certain.es.

Ce qui est décevant en revanche est l’attitude peu concernée du support technique (malgré un fil de forum de 24 pages), qui blâme Apple et/ou Dropbox (ce qui est fort possible) mais, surtout, reconnaît à peine le problème et propose des solutions de contournement hyper alambiquées sans admettre que, eh bien, l’approche historique de Scrivener commence probablement à empêcher l’existence d’une synchronisation moderne (soit : transparente) sur terminaux mobiles. Refondre l’application pour se conformer à ce standard serait un chantier gigantesque, une réécriture de fond qui bloquerait le développement pendant peut-être six mois, c’est une réalité, cependant je doute que les utilisateurs acceptent encore bien longtemps de devoir sauter dans des cerceaux pour bénéficier de l’ubiquité des données que l’on considère aujourd’hui pour acquise. Surtout quand la concurrence principale le fait très bien.

Bref, pour la première fois, ma confiance dans ce vénérable logiciel est entachée. Je continuerai à m’en servir au moins jusqu’à la fin de L’Héritage de l’Empire, voire de « Les Dieux sauvages », mais je lorgne de plus en plus vers Ulysses, son concurrent direct. Lequel propose une approche radicalement différente et épurée (voir le comparatif ici).

Si jamais j’effectue la transition, je risque d’être un peu embêté pour proposer une recommandation d’outil : je continue à penser que Scrivener reste la meilleure application (et la plus simple d’emploi parmi les vrais studios d’écriture puissants…). On peut recréer presque toutes ses fonctions avec Ulysses, mais cela nécessite l’apprentissage d’une syntaxe qui fera fuir le monde entier, si j’en juge déjà par la résistance à Scrivener, pourtant très graphique et pas si dur à prendre en main. Que faire ? Eh bien, je risque de me retrouver, en une rare situation de Normand, à recommander les deux.

Bref, encore une raison de plus d’attendre, même dans le monde Apple, pour les mises à jour. Il semble que la compagnie se soit rendue compte de ses récents errements logiciels et ait réorganisé son processus de test pour mieux peaufiner les versions 2020 de ses OS. Y a intérêt.

2020-01-08T07:57:41+01:00mardi 14 janvier 2020|Technique d'écriture|Commentaires fermés sur La synchro cloud de Scrivener un peu cassée sous iOS

Procrastination podcast s04e06 – Le syndrome de l’imposteur

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « s04e06 – Le syndrome de l’imposteur« .

L’impression de ne pas être à sa place, que ce que l’on fait ne vaut rien ou pire, que chaque réalisation est un coup de chance qui n’a pas été mérité : voilà le syndrome de l’imposteur, un ennemi public à combattre car il empêche les créateurs et créatrices d’avancer, et d’offrir leurs voix au monde.
Mélanie, Estelle et Lionel sont d’accord : ce syndrome est extrêmement fréquent et tous l’affrontent sous une forme ou une autre. Mélanie rappelle qu’il est normal ; que la question n’est pas tant de l’avoir ou pas, mais qu’il ne paralyse pas. Lionel rappelle que l’impression n’est absolument pas limitée à la création artistique, et que publier ne la résout pas forcément. Estelle met l’accent sur la double temporalité étrange de la vie d’auteur et d’autrice : les retours des lecteurs arrivent sur des livres publiés, qui appartiennent déjà au passé de la création, tandis que le présent est fait, par définition, du projet prochain qui n’a pas encore trouvé sa forme définitive.

Références citées
– Sarah Bernhardt

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2020-01-15T23:45:07+01:00mardi 7 janvier 2020|Procrastination podcast|4 Commentaires

Procrastination podcast s04e05 – Retours des poditeurs 05 (notre dernier espoir de paix)

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « Retours des poditeurs 05 (notre dernier espoir de paix)« .

Cinquième rendez-vous périodique avec les commentaires, questions et propositions des poditeurs de Procrastination (et le premier pour Estelle, qui se prête aimablement au jeu de rendre des comptes sur ce dont elle n’est pas responsable !). Au programme :
– Le syndrome de l’imposteur est un réel terme
– Doit-on préparer des questions pour les bêta lecteurs ?
– Doit-on leur donner un délai?

Références citées :
– Fil du forum de la saison 4 sur Elbakin.net : http://www.elbakin.net/forum/viewtopic.php?id=9594
– Elizabeth George, Mes Secrets d’écrivain

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2020-01-06T07:11:41+01:00lundi 16 décembre 2019|Procrastination podcast|Commentaires fermés sur Procrastination podcast s04e05 – Retours des poditeurs 05 (notre dernier espoir de paix)

Un thème solarisé personnalisé pour l’écriture

Petit retour sur les thèmes solarisés pour les longues sessions d’écriture (rappel : les thèmes sombres sont mauvais pour l’attention, du coup le solarisé représente un bon compromis entre fatigue oculaire et contraste). Il m’apparaît de plus en plus à l’usage, à mon humble avis, que le solarisé est quand même conçu pour les terminaux et le code ; c’est-à-dire, des applications nécessitant des couleurs différentes de texte pour mettre en valeur différentes parties de la syntaxe (highlighting).

Ulysses en solarisé (thème Solar Cobalt Dark)

C’est valide quand on écrit en Markdown, par exemple avec Ulysses, mais si l’on utilise un éditeur de texte riche type Scrivener1, ces couleurs différentes perdent de leur usage, appelant un contraste plus fort, notamment, à mon goût, en mode composition (plein écran).

Plusieurs applications proposent des modes solarisés à leur propre sauce. Par exemple, le mode solarisé de Drafts est assez différent du canon fixé par Ethan Schoonover, concepteur de Solarized, mais propose une couleur de sélection de texte plus visible (et moins choquante à l’écran que le bleu standard) :

En conséquence de quoi, voici ce que je propose pour un mode solarisé plus contrasté sous Scrivener, avec les codes correspondants :

  • Fond de page : Comme Solarized ($base3, soit #FDF6E3). Soit, dans Scrivener : couleur « Éditeur » de l’éditeur principal, et en mode Composition : couleur « Éditeur » et couleur « Arrière plan de l’écran » (ce qui mime le mode plein écran d’Ulysses au passage) ;
  • Texte : Noir pur (#000000), pour un contraste maximal ;
  • Sélection de texte : Comme Drafts (#DECCBA) ;
  • Surlignage de la ligne actuelle : Comme Solarized ($base2, soit #EEE8D5)2.

Ce qui donne quelque chose d’assez confortable et harmonieux à mon goût, qui n’attire pas l’œil sur le formatage de la page mais reste malgré tout utilisable sans peiner à repérer la sélection :

De cette manière, on arrive à émuler avec Scrivener le principal intérêt d’Ulysses qui est son minimalisme. Et du coup, en bonus, trois raccourcis clavier indispensables pour dégager son espace de travail de l’interface quand on n’en a pas besoin – soit toujours « commande-majuscule-quelquechose » :

  • Commande-majuscule-F : passer en / sortir du mode composition (F comme « focus »)
  • Commande-majuscule-I : afficher / masquer l’inspecteur (I comme « inspecteur » – duh)
  • Commande-majuscule-B : afficher / masquer le classeur (B comme « binder »).

Maintenant, plus de prétexte pour jouer avec les couleurs : écrivez !

  1. Scrivener gère le Markdown, mais ce n’est quand même pas l’usage le plus courant.
  2. Personnellement, je ne m’en sers pas, cela me déconcentre plus qu’autre chose ; j’ai tendance à sculpter les paragraphes comme un ensemble plutôt que phrase à phrase.
2019-12-02T22:10:48+01:00mardi 10 décembre 2019|Best Of, Technique d'écriture|Commentaires fermés sur Un thème solarisé personnalisé pour l’écriture