À propos de LD

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent LD a créé 2106 entrées de blog.

On sait maintenant pourquoi les voitures des films de SF font des bruits… de SF

Photo Jason Leung

Parce que les voitures électriques sont silencieuses. Et que c’est évidemment un petit problème en milieu urbain quand tu as sur les oreilles ton casque à réduction de bruit active pour ne pas entendre les automobilistes s’engueuler (vu que tout le reste est silencieux) et qu’ils sont voués à te rouler dessus vu que la conduite autonome c’est pas encore tout à fait ça.

Du coup, la législation va imposer aux nouveaux véhicules d’émettre un son à basse vitesse pour que tu puisses de tirer du chemin de la tire. Et du coup, que va-t-on choisir pour ces sons ?

Pas des enregistrements de vieux diesels qui toussent, bizarrement.

J’adore quand des circonstances anodines du monde réel viennent expliquer des détails quand même vachement chouettes, mais en apparence totalement improbables, de la science-fiction. Je veux dire, les sons futuristes sont hyper cools, mais qui peut croire à des raisons physiques qui expliqueraient qu’un moteur de 2025 sonne comme ça ?

Eh bien, on sait dorénavant pourquoi : ils sonnent comme des films de SF parce qu’on leur a donné des sons de films de SF. Bim. Prophétie autoréalisatrice.

Nissan se la joue propret façon Black Mirror :

Quand BMW, eux, ont carrément embauché Hans Zimmer pour faire le son de leur nouvel engin, qui a quand même l’air drôlement sorti de Blade Runner 2049 :

ON A VU QUE T’AIMAIS HANS ZIMMER ALORS ON A MIS DU HANS ZIMMER DANS LA VOITURE DE TON FILM À LA MUSIQUE COMPOSÉE PAR HANS ZIMMER

J’espère vraiment qu’on pourra changer les sons par d’autres fichiers. Ça pourrait être cool de se faire annoncer au son d’Un Chien Géant, par exemple.

Sinon, je remets ça là juste pour le plaisir.

2019-07-17T09:15:17+02:00jeudi 18 juillet 2019|Juste parce que c'est cool|7 Commentaires

Du sentiment d’être bon ou pas [Des brèves et des liens]

Toujours ça que les réseaux commerciaux n’auront pas. Tu te rappelles, auguste lectorat, l’époque où l’on faisait des compilations de liens pour nos blogs MySpace ? C’était mieux avant ? Non, clairement pas, mais avant, il n’y avait pas le diktat de l’instantané de ces réseaux qui, personnellement, m’a épuisé. Donc, expérimentation avec un retour sur une forme de compilation de brèves, d’idées aléatoires, de liens rigolos ou pas, et on va voir ce que ça donne.

Et avec ces déboires en ligne, justement, une citation pas mal dans l’air du temps pour moi :

Plus je vieillis et plus je trouve qu’on ne peut vivre qu’avec les êtres qui vous libèrent, et qui vous aiment d’une affection aussi légère à porter que forte à éprouver.

Albert Camus

Et dans le même genre :

You can’t be an artist and be safe.

Francis Coppola

Donc, après s’être fait rouer de coups, j’imagine qu’on est un laissé-pour-compote ?

J’avais une vidéo potentiellement rigolote à montrer mais elle n’aura pas lieu car :

NON

La France a voté une taxe visant spécialement les géants du numérique, et Donald Trump, évidemment, s’en offusque et lance une enquête sur le sujet. Je suis peut-être pessimiste, mais le résultat m’en semble couru d’avance ; il va finir par faire une guerre commerciale au monde entier. Tremble, Donald, on va taxer ton champagne en représailles.

Mais consolons-nous, car la justice américaine a décrété qu’il lui était interdit de bloquer des gens sur Twitter, ce que je trouve particulièrement satisfaisant.

Du génie : cette extension de Chrome transforme Netflix en site de visioconférence (si t’as envie d’utiliser Chrome, ce qui est moins génial)

Foutus verbes défectifs, ce serait quand même vachement plus simple si le verbe pleuvoir était en fait pleuver, non ?

Une perle d’Antidote : « chiard » est en québécois un synonyme familier d’« anarchie ». Sachant que c’est aussi un synonyme grossier d’enfant en français, y aurait-il une origine commune à ce terme quant au désordre qu’ils sont capables de répandre ?

J’ai explosé de rire en lisant que pour le PDG de Huawei, Apple est son modèle quant à la protection de la vie privée de ses utilisateurs.

D’ailleurs, si tu continues à dire dans ta tête « pomme-X » pour le raccourci-clavier de Couper au lieu de « commande », frappe dans tes mains (mais pas trop fort à cause de ton canal carpien) car félicitations, tu es vieux aussi.

J’ai reçu une kouryelle. Plein de messages électroniques, quoi.

Quand je me dis introverti, ça surprend parfois parce que j’ai l’air à l’aise en public, je donne des conférences et ateliers, etc. En fait, je suis un « introverti hautement socialisé » (terme inventé par John Scalzi) et ça donne ça (je coche toutes les cases).

Certains vivent avec la certitude de ne pas être de mauvaises personnes : ils ont de la chance. Je vis pour ma part avec la certitude que si j’avais cette certitude, je serais méchant.

2019-07-16T09:09:14+02:00mercredi 17 juillet 2019|Expériences en temps réel|4 Commentaires

L’impact du Trône de Fer sur la fantasy, depuis 20 ans ou presque [Entetien]

L’œuvre de Martin a-t-elle eu un impact sur votre manière d’écrire ? Sur les thématiques que vous abordez dans vos livres de manière plus générale ?

J’ai eu la chance d’interviewer Martin en 2003 (si ma mémoire est bonne) pour un dossier spécial dans la revue Asphodale, que je dirigeais à l’époque, et il m’a expliqué – ce qui est largement connu aujourd’hui – ses influences principales, notamment Maurice Druon avec Les Rois maudits.

La Garde de Nuit est l’un des plus grands sites et associations français consacré à l’univers célébrissime de « Game of Thrones ».

Dans le contexte des dernières Imaginales, l’association a établi un panorama de l’influence de l’œuvre de G. R. R. Martin sur la fantasy à travers des entretiens réalisés avec des auteurs français : j’ai eu le plaisir de me prêter à l’exercice. On y parle de construction de saga, de leur lenteur d’écriture, de la série télé et de sa conclusion : c’est à découvrir ici. Merci à la Garde de Nuit !

2019-07-11T09:20:22+02:00mardi 16 juillet 2019|Entretiens|3 Commentaires

Procrastination podcast S03E21 : « Relations et séparations entre littératures de l’imaginaire et générale »

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « Relations et séparations entre littératures de l’imaginaire et générale« .

La littérature blanche serait censée considérer avec mépris l’imaginaire. L’imaginaire serait censé se considérer fondamentalement différent de la littérature blanche. Avec les succès planétaires du cinéma et de la série TV de genre, que peut-on dire sur un éventuel clivage – ou une réunion – entre les deux côtés de l’équation en 2019 ? Pour Mélanie, l’existence d’un « ghetto » est moins prononcée dans les faits qu’on ne peut le supposer, et surtout, s’il s’exerce, c’est dans les deux sens… Mais en tout cas, il est davantage prégnant dans le domaine littéraire. Lionel argue quant à lui qu’il existe d’importantes poches de résistance à l’imaginaire dans les grandes instances culturelles (médias généralistes et études littéraires) mais qu’heureusement, les murs tombent grâce à des alliés. Laurent, pour sa part, replace cette discussion dans le contexte d’une évolution culturelle et la genèse de l’identité des genres littéraires au fil des décennies en France.

Références citées :

– Star Wars

– Harry Potter

– Game of Thrones –

L’observatoire de l’imaginaire (chiffres de 2018 : https://www.actusf.com/detail-d-un-article/lobservatoire-de-limaginaire-les-chiffres-de-2018 )

– Hubert Prolongeau, Télérama (article sur Rivière Blanche : https://www.telerama.fr/livre/riviere-blanche,-une-maison-dedition-a-contre-courant,n6156825.php )

– Le Point

– Le Nouvel Obs’

– Anne Besson

– John Michael Straczynski, Babylon 5

– George Orwell, 1984

– Aldous Huxley, Le Meilleur des mondes

– Philip Pullman, « À la croisée des mondes » (édition en Folio « blanche » : http://www.folio-lesite.fr/Contributeurs/Philip-Pullman )

– Philip K. Dick

– Marc Lévy

– Guillaume Musso

– Orson Scott Card, « Le sens selon Tolkien » in Méditations sur la Terre du Milieu, dir. Karen Haber

– James Joyce, Ulysse

– « Perry Rhodan », série

– Robert Merle

– Pierre Boulle

– Cyril Hanouna

– Maurice Dantec

– Michel Houellebecq

– Game One (chaîne de TV)

– Nolife (chaîne de TV)

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2019-07-15T09:33:20+02:00lundi 15 juillet 2019|Procrastination podcast|0 commentaire

L’atelier à distance « créer un monde imaginaire » est complet

Merci à toutes et tous pour votre confiance ! Vous êtes donc une large promo, et on va s’efforcer de s’assurer que tout le monde sorte avec, au strict minimum, quelque chose pour nourrir sa pratique au long cours.

Désolé si vous n’avez pas pu avoir de place et que vous le souhaitiez. On va tous, forcément, voir comment ça fonctionne pour cette première initiative, mais si tout le monde est content, il n’y a pas de raison qu’on ne refasse pas ce genre de chose dans les années à venir !

2019-07-11T01:23:53+02:00jeudi 11 juillet 2019|Dernières nouvelles|0 commentaire

Toujours présent en ligne, mais différemment : voici comment

D’abord.

Encore d’immenses, immenses mercis pour vos messages, emojis, GIFs, photos marines envoyées par centaines (not kidding) hier. Vous êtes juste… incroyables. Merci pour votre bonté, le temps que vous avez pris pour m’envoyer votre soutien, pour trouver des images rigolotes ou juste belles. Tout cela me remonte plus que jamais à continuer à contribuer auprès de vous, parce que vous êtes d’une gentillesse et d’un soutien simplement incroyables. Je suis vraiment, sincèrement ému (et renversé)… 

Merci. 🐳

Et maintenant, le but va être de vous proposer des belles choses !

Donc. J’ai pu lire un peu de regret et d’inquiétude sur le fait que je quittais les réseaux commerciaux : je voudrais clarifier un peu plus précisément ce qui va se passer, et ce qui va changer.

Les profils restent là où il sont et je serai toujours aussi joignable qu’avant dessus1, pour répondre aux questions, commentaires, me réjouir des photos de vos chats. Ce qui change prioritairement, c’est que je n’initierai plus de discussion sur aucune plate-forme. Afin d’arrêter de prêter le flanc aux trouble-fête.

Photo Nareeta Marin

À la place, tout revient ici, loin a) des abrutis et b) du modèle économique des réseaux commerciaux. J’y relaierai donc bien plus souvent le contenu du site (ainsi que les chroniques et belles actualités des amis, comme je l’ai dit) pour qu’il demeure visible, et parce que c’est ici que tout va se passer. Je sais que les discussions se déroulent cependant beaucoup sur les réseaux : comme je l’ai dit, je n’en disparais pas. Mais, pour voir ce qui génère les échanges, il faudra commencer par cliquer pour voir ici ce dont il s’agit. (Ou utiliser un outil type lecteur RSS pour se tenir au jus – sujet sur lequel je veux revenir depuis longtemps en détail.) Ça devrait suffire à tenir les fâcheux à l’écart, qui ne font jamais l’effort de s’informer.

En effet, j’ai déjà fait quelques sondages informels depuis quelques années (tandis que j’étais travaillé par la possibilité de s’éloigner de ces plate-formes) et il apparaît que vous êtes en grande majorité encore présents dessus. Soyons clairs, je propose tout ce contenu aussi pour qu’il puisse servir, et peut-être aussi pour qu’un jour, vous vous disiez : « tiens, je me demande ce que ce type écrit comme fiction ? » Ça toujours été transparent, et sans obligation d’achat. Et moi, ça m’amuse à faire.

D’ailleurs, depuis que j’ai pris cette décision, je ressens à nouveau une étonnante liberté d’expression, beaucoup d’envie de partager des choses, de manière peut-être même facétieuse (ce qu’il n’est plus possible de faire chez les fous). Je prendrai grand soin que cet environnement reste civil en commentaires (comme ailleurs). Mais c’est la théorie classique de l’hydraulique : moins de canaux, plus d’énergie, c’est mécanique, c’est automatique, pas comme les antibiotiques.

Quelles évolutions à prévoir ? Je suis ravi que tu poses la question, artifice rhétorique. Donc :

  • Des articles plus fouillés, parfois plus techniques, sur les outils technologiques, la narration.
  • Des articles beaucoup plus courts également, qu’on pourrait apparenter à un long statut ou un court thread Twitter, probablement plus personnels, voire philosophico-ésotérico-débiles (ça m’avait été suggéré à l’époque de Léviathan, j’en ai toujours eu envie, je n’avais pas trouvé de forme adéquate).
  • Des commentaires idiots et aléatoires en lien avec l’imaginaire. (J’ai un article qui arrive sur le bruit des voitures électriques. DU BRUIT, ça va faire, ou pas.)
  • Des articles intitulés, genre, « ce sera toujours ça que les réseaux n’auront pas » – compilation de liens, instantanés, jeux de mots laids, bref les choses que j’aurais habituellement postées sur Twitter ou Facebook, et où l’on pourra, en plus, s’amuser de façon moins éphémère.

Depuis des années, je relayais également la revue de presse mardi et jeudi. Comme le blog est appelé à retrouver davantage de contenu, elle passera dans le flux habituel des réseaux commerciaux (ce qui voudra dire moins de retard accumulé de mon côté, aussi…)

Après avoir fait l’expérience dévorante du jeu en ligne, cela fait longtemps que je réfléchis à l’idée du web lent, à la réappropriation des outils numériques et à leur utilisation mûrie, au lieu d’en être esclave. Je pense résolument que c’est possible, mais que cela nécessite de la volonté et de l’apprentissage. C’est aussi, certainement, un thème dont je parlerai : il ne s’agit pas de vivre en ermite, mais d’arrêter d’alimenter la machine à folie. Et de se réapproprier le sens qu’on trouve dans la temporalité et la concentration.

  1. Certains, secondaires, vont disparaître, mais je n’y avais jamais été vraiment actif.
2019-07-10T08:53:55+02:00mercredi 10 juillet 2019|Dernières nouvelles|18 Commentaires

Restons en contact !

Recevez par courriel actualités et articles
DEUX ENVOIS / MOIS MAXIMUM
OK
Désinscription facile à tout moment
close-link
Cliquez-moi