À propos de LD

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent LD a créé 2482 entrées de blog.

L’Impassible armada redux sortira pour les Imaginales d’automne : la couverture !

Bien !

Alors, c’est un projet bouclé de longue date, qui devait sortir l’année dernière, mais comme c’est un bouquin surtout appelé à être promu en festivals (même s’il sera disponible partout), nous avions décidé d’en retarder la sortie. À présent que nous y voyons un chouia plus clair sur la tournure de l’année 2021, nous avons décidé d’une nouvelle date de sortie : la version augmentée de L’Impassible armada sortira en octobre aux éditions 1115 !

Et la couverture a été révélée, alors je peux aussi… 

Est-ce qu’elle n’est pas trop magnifique ? Elle m’évoque presque le passage lent et majestueux d’une sorte de divinité cétacée (m’empêchant me rendre compte que je serais en train de me noyer parce que si vous voyez passer des baleines comme ça, vous êtes certainement beaucoup trop bas sans bouteilles).

L’Impassible armada, de quoi ça parle ? On est résolument davantage du côté du surréalistico-nawak de Les Questions dangereuses, de « Bienvenue à Magicland » ou « L’Importance de ton regard » plutôt que du sérieux de « Les Dieux sauvages ». C’est un roman d’aventure maritime dans une situation absurde – deux flottes ennemies bloquées dans une glace contre nature dont le chant érode lentement la raison des matelots. Là-dedans, Davenport, un marin particulièrement démerdard et un tantinet égocentrique, ourdit un plan audacieux pour s’en sortir, parce qu’avant tout, il n’a pas, mais alors pas du tout envie de mourir d’une crise de nihilisme.

J’ai pu dire ici et là que je tendais à éviter de revisiter les anciens textes publiés, car je les considère le reflet d’un certain processus et d’une époque. Cependant, avec cette version « redux » de L’Impassible armada, je ne déroge pas à cette règle : le texte de la novella d’origine n’a pas changé, mais j’ai ajouté, disons, un contrechant à l’histoire, conçu à la demande des éditions 1115 qui avaient envie d’en voir davantage sur cet univers de cinglé et sous une forme faisant éclater les bornes du récit. Quand un éditeur vous propose de développer votre univers, ça ne se refuse pas ! Merci aux éditions 1115 de donner à ce texte un nouvel écrin augmenté et de lui permettre d’être son propre livre !

L’Impassible armada fait partie de mes textes préférés et je me suis vraiment beaucoup amusé à retrouver l’esprit de cet univers absurde pour composer ce contrechant. J’espère que ce petit bouquin vous emmènera loin, dans cette région des cartes où l’on écrit « Ici, il y a des dragons », et surtout – car c’est ma fierté secrète dans l’existence – qu’il vous arrachera un ou deux gloussements suivi d’un marmottement du genre « Ce Davoust, quand même, qu’est-ce qu’il est con ».

Le jour où Jacke a sauté par-dessus bord, j’ai compris qu’il était temps d’agir.

Il ne l’a pas fait sans me dire mes quatre vérités, ça, non. Tout ce temps, je croyais qu’on était frères de bord, partageant les dangers de la bataille et le réconfort des camarades. Eh bien, il est sorti en uniforme d’apparat sous la lune perpétuelle qui dirige maintenant nos chiennes de vies. J’ai tout de suite vu que ça n’allait pas ; aucun de nous ne fait plus très attention à la discipline vestimentaire. Il est venu vers moi de ce pas raide et décidé qu’on a appris à reconnaître, les yeux dans le vide, fixés un peu au-dessus de ma tête, comme si j’avais un oiseau perché sur le crâne. Et puis il m’a dit avec cette voix monocorde, glacée, mécanique :

« Davenport, tu as une tête de rat, le caractère d’une fouine, je sais que tu triches aux cartes et je ne supporte plus d’entendre ton rire de hyène. »

Et puis il m’a salué, il a marché vers le bastingage, l’a enjambé et il a sauté.

Premières lignes de L’Impassible armada.
2021-04-13T09:52:18+02:00lundi 12 avril 2021|À ne pas manquer|4 Commentaires

Le programme final de la saison 5 de Procrastination… et le début de la 6

Parce que, comme l’observe régulièrement Mélanie, que serait un podcast avec un nom pareil si nous ne prenions pas rigoureusement soin d’être très en avance sur les enregistrements ?

Mélanie, Estelle et ma pomme. Et pourquoi je fais cette tronche ? Parce que c’est le bordel dans mon bureau et que je ne veux pas que ça se voie. Aussi, j’ai une veste. Je sais. Ce n’est pas que je m’habille chic pour enregistrer le podcast, ni même pour travailler. D’habitude j’ai un T-shirt ou un sweat. Mais là c’est parce que j’ai un micro cravate et que c’était beaucoup plus pratique pour le fixer. Maintenant laissez-moi disparaître s’il vous plaît.

Toute la saison 5 est dans la boîte, à présent, et figurez-vous que (suspense) nous allons revenir pour une sixième saison ! À un moment, dans le dernier épisode de la 5, j’ai lâché « depuis cinq ans qu’on fait ce podcast »… et… ben oui, ça va faire cinq ans. C’est un peu surréaliste, et c’est aussi beaucoup trop cool : merci à vous de nous suivre et d’apprécier autant ce moment bimensuel avec nous !

Du coup, on s’est un peu lâchés sur le 520 en termes de discours. Toujours avec bienveillance et, surtout, sincérité. Mais on s’est dit que ce sujet persistait tellement à refaire surface absolument partout et tout le temps, malgré le discours que nous avons l’impression de tenir sur la durée, qu’il fallait qu’on le traite de front une fois pour toutes. Nous espérons que ça pourra servir !

Le programme de Procrastination jusqu’au 15 octobre

Saison 5

  • 15 avril : La procrastination (on ne pouvait pas ne pas la faire…)
  • 1e mai : Les mises en page hors normes
  • 15 mai : L’ambition
  • 1e juin : Le twist
  • 15 juin : Les outils linguistiques
  • 1e juillet : Non, l’éditeur ne veut pas vous formater

Saison 6

  • 15 septembre : Invité surprise… annonce à venir !
  • 1e octobre : Le présent dans la fiction
  • 15 octobre : Écrire la nourriture et la boisson
2021-04-03T12:22:33+02:00jeudi 8 avril 2021|Technique d'écriture|0 commentaire

Scrivener 3 est disponible sous Windows

ÇA Y EST

À l’issue de presque trois ans d’attente après la sortie de la version Mac, la nouvelle version de Scrivener est enfin disponible pour les masochistes qui persistent à utiliser Windows (ALLEZ-Y BALANCEZ-MOI VOTRE HAINE JE M’EN FOUS J’AI UN GILET PARE-BALLES) :

J’utilise la v3 sous Mac depuis sa sortie, et que vous dire dessus ? Ce n’est pas une révolution fondamentale, mais c’est un coup de jeune amplement bienvenu, avec des myriades de raffinements dans tous les coins et surtout une grande simplification de l’étape de compilation. (Ça reste quand même un peu velu hein, mais disons que ça l’est moins. J’ai réussi à m’en tirer pour les besoin de Comment écrire de la fiction ? presque sans regarder le manuel.) Literature and Latte offre une réduction pour ceux et celles qui possèdent la v2 de l’application, et franchement, pour un outil aussi central de production de l’écrit, faire la mise à jour s’impose, surtout pour le prix extrêmement raisonnable que coûte ce logiciel professionnel.

Ci-dessous, un résumé des nouveautés de la version Windows (source) :

The interface has been overhauled and modernised.

Compile has been redesigned and is now not only easier to use but also more flexible.

The text system now has a full styles system (which is even more powerful when used with the new Compile).

View index cards on coloured threads based on label colour (great for tracking different storylines or anything else).

Improved ebook export.

Keep track of how much you write each day using Writing History.

Improved Custom Metadata allows you to add checkboxes, dates and list boxes to the Inspector and outliner.

Enhanced outlining.

Refer to up to four documents in the main window using the new “Copyholders” features.

Quickly find any document in your project using the new Quick Search tool.

See draft and session progress bars in the toolbar.

Dediated Dark Mode along with numerous other visual themes.   

The powerful new Bookmarks feature replaces Project Notes, References and Favorites, and allows you to view oft-needed documents right in the Inspector.

Use “Dialogue Focus” to pick out all the dialogue in your text.

➡️ Tester et acheter Scrivener

De manière générale, si l’envie d’acheter cet outil (ou l’un des autres présentés sur ce site) vous vient, n’oubliez pas de passer par les liens proposés ici – vous contribuez à financer le temps passé à rédiger ces articles gratuitement. Merci ! 

2021-04-03T12:21:36+02:00mercredi 7 avril 2021|Technique d'écriture|2 Commentaires

Le Verrou du Fleuve est maintenant disponible en poche !

Il est sorti, donc ! (Et j’avoue tout, il n’y aura pas 23 volumes, en fait, hein…)

Couv. Georges Clarenko

L’armée démoniaque, mi-chair mi-machine, du dieu Aska est aux portes de Loered, la ville sur laquelle repose la défense et la stabilité du royaume – le Verrou du Fleuve.
Le Verrou doit tenir, ou la Rhovelle est perdue. Mériane, à la tête de maigres renforts, compte bien honorer sa propre prophétie et libérer la ville. Mais quand les hommes se mêlent de contrarier les dieux, elle en est réduite à limiter les dégâts.
Face au désespoir qui s’installe, elle incarne le seul espoir du peuple, et l’instinct de survie fait taire, pour un temps, les dissensions. Pour autant, les manigances politiques se poursuivent en coulisses, et la guerre commence à peine que certains préparent déjà l’après.

Avec Les dieux sauvages, Lionel Davoust signe une saga de fantasy épique et foisonnante, dans la lignée des œuvres de George R. R. Martin ou Brandon Sanderson.

L’aventure de « Les Dieux sauvages » se poursuit donc en poche, avec la sortie du tome 2 chez Folio SF. Disponible dans toutes les bonnes librairies et en numérique !

2021-04-14T18:29:45+02:00mardi 6 avril 2021|À ne pas manquer|0 commentaire

Après l’annonce des 23 tomes…

Il faut juste que je vous montre ça, parce que c’est trop génial mais ça n’a circulé que sur Facebook :

Avec une parfaite poker face, non seulement Critic a relayé ma couillonnade de jeudi mais a relancé de dix-huit… Avoir un éditeur qui vous donne les moyens de vos projets et vous suit dans vos ambitions, ça n’a pas de prix, y compris quand il s’agit de faire l’imbécile. 😁

2021-04-03T12:19:27+02:00lundi 5 avril 2021|Expériences en temps réel, Juste parce que c'est cool|2 Commentaires

Procrastination podcast s05e14 – Conseils de survie pour écrire l’action

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : « s05e14 – Conseils de survie pour écrire l’action« .

Le scène d’action est un trope extrêmement fréquent des genres populaires, dont l’imaginaire ; elle présente des défis techniques particuliers, requérant une première discussion globale sur l’approche et les conseils fondamentaux. Tout d’abord, pour Estelle, l’action est trop souvent traitée à part, comme un passage obligatoire, alors qu’elle doit s’insérer naturellement dans le récit, et qu’elle présente en réalité les mêmes fondamentaux que le reste de la narration – enjeux, caractérisation, évolution des personnages. Pour Lionel, c’est une expression sous pression de la volonté de personnages et de leur approche de leur résolution des problèmes ; mais sa concision et la clarté qu’elle requiert en font les difficultés principales. Quant à Mélanie, ce n’est pas son truc… prouvant là encore que l’on peut tout à fait s’en affranchir !

Références citées

– David Cook, Advanced Dungeons & Dragons 2e édition, Guide du Maître

– J. R. R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux

– David Gemmel

– Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses

– Ellen Kushner, À la pointe de l’épée

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2021-04-14T18:08:52+02:00vendredi 2 avril 2021|Procrastination podcast|0 commentaire