Expériences en temps réel

Accueil/Ceci n'est pas un blog/Expériences en temps réel

Demain, Sienar Systems [des brèves et des liens]

Toujours ça que les réseaux commerciaux n’auront pas. Tu te rappelles, auguste lectorat, l’époque où l’on faisait des compilations de liens pour nos blogs MySpace ? C’était mieux avant ? Non, clairement pas, mais il y a un certain nombre de choses qu’il vaut mieux conserver pour sa propre plate-forme. Donc, expérimentation avec un retour sur une forme de compilation de brèves, d’idées aléatoires, de liens rigolos ou pas, mêlée d’une petite compilation des posts des semaines passées.

Deux articles vachement intéressants sur la manière dont nous avons perdu le web ouvert au profit des réseaux commerciaux, et comment peut-être le retrouver : The web we lost et Rebuilding the web we lost.

Et dans le même esprit, la profession de foi du développeur de NetNewsWire, qui revient sur le devant de la scène :

The big social networking sites are damaging society and eroding democracy — and we believe one of the ways out of this is to get our news via the open web rather than from Twitter and Facebook.

« In every age it has been the tyrant, the oppressor and the exploiter who has wrapped himself in the cloak of patriotism or religion or both, to deceive and overawe the people. »

Eugene V. Debs

Vu ça par notre gouvernement :

→ et j’ai un doute, on va fonder Sienar systems ou Incom ?

D’ailleurs :

2019-09-02T17:24:28+02:00jeudi 5 septembre 2019|Expériences en temps réel|Commentaires fermés sur Demain, Sienar Systems [des brèves et des liens]

Trouble d’achat compulsif-réactif de logiciels de gestion de l’information [des brèves et des liens]

Toujours ça que les réseaux commerciaux n’auront pas. Tu te rappelles, auguste lectorat, l’époque où l’on faisait des compilations de liens pour nos blogs MySpace ? C’était mieux avant ? Non, clairement pas, mais il y a un certain nombre de choses qu’il vaut mieux conserver pour sa propre plate-forme. Donc, expérimentation avec un retour sur une forme de compilation de brèves, d’idées aléatoires, de liens rigolos ou pas, mêlée d’une petite compilation des posts des semaines passées.

… d’ailleurs, mon éloignement avait démarré pour un tweet anodin complètement interprété de travers sur les outils numériques potentiellement utiles dans l’écriture. Un peu en réponse à la chose, l’auteur Olivier Saraja propose une compilation d’outils d’intérêt à visée plus moins professionnelle et plutôt pas trop chers (voire gratuits).

J’aime le terme « CRIMP » trouvé sur OutlinerSoftware.com :

CRIMP stands for a make-believe malady called compulsive-reactive information management purchasing.

« Le terme tacrelgie désigne une maladie fictive appelée Trouble d’Achat Compulsif-Réactif de Logiciels de Gestion de l’Information. » Yep, I haz it.

Pas de mal de VPN gratuits n’offrent pas l’anonymat qu’ils promettent, soit parce qu’ils gardent des logs, soit parce que… ils sont détenus par des compagnies (souvent chinoises) aux pratiques opaques. Cette enquête fait le point.

Apple a révélé les prochains emojis à rejoindre les plate-formes. 2019, il y a trois foutus emojis distinct pour le cochon dont un pour son groin, son groin BORDEL, et toujours pas d’emoji orque. Je veux dire, pendant ce temps, il y a un emoji FLAMANT ROSE.

Des fois, tu avances ton manuscrit de 15000 signes. D’autres fois, tu te rends compte que tu dois en supprimer 11000. Mais il fallait les écrire pour pouvoir écrire les bons à la place.

Ce fil Twitter est épique : concours d’objets magiques idiots. (à dérouler)

Merci à Jérôme pour la recommandation de cet article fascinant : comment les divers réseaux sociaux libres s’interfacent pour former une galaxie d’écosystèmes communicants. Alors là, je veux bien parler de réseau social, et peut-être retrouver une forme de foi dans le principe.

En 1984, Steve Jobs disait :

En Europe, l’échec, c’est très grave. Si, en sortant de l’université, vous loupez votre coup, cela vous suit toute votre vie. Alors qu’en Amérique, à Silicon Valley, on passe son temps à échouer ! Quand on se casse la figure, on se relève et on recommence.

Quitte à passer pour un macroniste chantre de la start-up nation pratiquant le mépris de classe envers les jeunes auteurs (j’ai demandé à ce qu’on mette à jour ma bio sur nooSFere), cela me semble une observation fort juste, de ce que j’ai pu approcher ici et ailleurs. Nous sommes terrifiés par l’échec en France, et le cas échéant, c’est un stigmate que l’on porte presque toute sa vie. C’est un réel problème dans les milieux créatifs, car l’échec, temporaire, me paraît nécessaire pour avancer : en effet, l’échec est une part inhérente de l’exploration.

Cet article de Léa Silhol sur la fantasy comme démarche est à lire. Il a déjà pas mal tourné mais je souscris entièrement à ce discours sur les potentialités du genre et sa volonté inhérente de péter les classifications qui voudraient chercher à le cadrer.

L’humanité est fascinante dans sa capacité à régler temporairement des symptômes d’une façon idiote et individualiste : Sony a mis au point un conditionneur d’air à porter sous ses vêtements. Le réchauffement global est réglé !

Après les coupures de papier aux mains, douloureux accident du travail dans notre métier, cette semaine, je me suis fait une coupure de papier à la paupière. Cet élément à lui seul devrait vous donner une idée d’à quel point il est VITAL que je range cet appartement.

Enfin, c’est très con. (merci Bert)

2019-08-07T16:44:54+02:00jeudi 8 août 2019|Expériences en temps réel|10 Commentaires

Du sentiment d’être bon ou pas [Des brèves et des liens]

Toujours ça que les réseaux commerciaux n’auront pas. Tu te rappelles, auguste lectorat, l’époque où l’on faisait des compilations de liens pour nos blogs MySpace ? C’était mieux avant ? Non, clairement pas, mais il y a un certain nombre de choses qu’il vaut mieux conserver pour sa propre plate-forme. Donc, expérimentation avec un retour sur une forme de compilation de brèves, d’idées aléatoires, de liens rigolos ou pas, mêlée d’une petite compilation des posts des semaines passées.

Et avec ces déboires en ligne, justement, une citation pas mal dans l’air du temps pour moi :

Plus je vieillis et plus je trouve qu’on ne peut vivre qu’avec les êtres qui vous libèrent, et qui vous aiment d’une affection aussi légère à porter que forte à éprouver.

Albert Camus

Et dans le même genre :

You can’t be an artist and be safe.

Francis Coppola

Donc, après s’être fait rouer de coups, j’imagine qu’on est un laissé-pour-compote ?

J’avais une vidéo potentiellement rigolote à montrer mais elle n’aura pas lieu car :

NON

La France a voté une taxe visant spécialement les géants du numérique, et Donald Trump, évidemment, s’en offusque et lance une enquête sur le sujet. Je suis peut-être pessimiste, mais le résultat m’en semble couru d’avance ; il va finir par faire une guerre commerciale au monde entier. Tremble, Donald, on va taxer ton champagne en représailles.

Mais consolons-nous, car la justice américaine a décrété qu’il lui était interdit de bloquer des gens sur Twitter, ce que je trouve particulièrement satisfaisant.

Du génie : cette extension de Chrome transforme Netflix en site de visioconférence (si t’as envie d’utiliser Chrome, ce qui est moins génial)

Foutus verbes défectifs, ce serait quand même vachement plus simple si le verbe pleuvoir était en fait pleuver, non ?

Une perle d’Antidote : « chiard » est en québécois un synonyme familier d’« anarchie ». Sachant que c’est aussi un synonyme grossier d’enfant en français, y aurait-il une origine commune à ce terme quant au désordre qu’ils sont capables de répandre ?

J’ai explosé de rire en lisant que pour le PDG de Huawei, Apple est son modèle quant à la protection de la vie privée de ses utilisateurs.

D’ailleurs, si tu continues à dire dans ta tête « pomme-X » pour le raccourci-clavier de Couper au lieu de « commande », frappe dans tes mains (mais pas trop fort à cause de ton canal carpien) car félicitations, tu es vieux aussi.

J’ai reçu une kouryelle. Plein de messages électroniques, quoi.

Quand je me dis introverti, ça surprend parfois parce que j’ai l’air à l’aise en public, je donne des conférences et ateliers, etc. En fait, je suis un « introverti hautement socialisé » (terme inventé par John Scalzi) et ça donne ça (je coche toutes les cases).

Certains vivent avec la certitude de ne pas être de mauvaises personnes : ils ont de la chance. Je vis pour ma part avec la certitude que si j’avais cette certitude, je serais méchant.

2019-07-16T09:09:14+02:00mercredi 17 juillet 2019|Expériences en temps réel|4 Commentaires

Quand on parle Norvégien, on voit le soleil

Photo Jordan Wozniak

Quand on parle du loup, on en voit la queue.

Mais que se passe-t-il si la culture qui s’exprime ne connaît pas le concept de loup ? (Ou de queue ? Genre, tous leurs chats sont des chats Manx.) Des expressions de ce genre, on en utilise tous les jours, sans y réfléchir, et la questions sus-posée n’arrête guère grand-monde sous nos latitudes, mais… 

… si vous écrivez de l’imaginaire, la question devient tout de suite plus prégnante (on l’a abordée dans le dernier épisode de Procrastination). Le concept sous-jacent de l’expression – évoquer une chose l’incite à apparaître – traduit une vision magique du monde à la fois très profonde et très humaine. Mais comme dira-t-on à Narnia, sur Tatouine, sur Vulcain ? (Pas sur Vulcain. Supposer un lien de cause à effet entre l’expression d’une notion et sa concrétisation est hautement illogique à moins d’entraîner une pensée construite visant à sa réalisation, voyons.) Et dans votre monde ?

Pas besoin d’aller culturellement très loin pour déjà trouver un exemple de la chose. L’anglais parle… du diable, ce qui est déjà fort éloquent.

En Norvège, on dit :

Source

… ce qui traduit de manière passionnante, en une toute petite phrase, toute une vision du monde. Peu importe le loup qui hantait l’inconscient français jadis ; peu importe le diable de la langue anglaise ; ici, ce qui s’évade, ce qui apparaît un peu quand il veut, et qui se trouve suffisamment important pour qu’on en fasse une expression, c’est… le soleil.

(J’imagine que le proverbe marche aussi en Bretagne, du coup.)

2019-07-01T07:31:34+02:00mercredi 3 juillet 2019|Expériences en temps réel|3 Commentaires

Se présenter par un dialogue (exercice)

Un petit exercice de la masterclass des Imaginales de cette année, proposé par Jean-Claude Dunyach, et pas évident : se présenter soi-même par un dialogue strict. Temps d’écriture : dix minutes.

Comme la moindre des choses, c’est de jouer aussi quand on anime un stage, voici mon humble tentative réalisée sur le moment, juste pour rire.

« Ben alors, hé. Le pauvre. Ça lui arrive souvent ? 

— Normalement non. À ce qu’il m’a dit, c’est même la première fois. Pourtant, il est censé en avoir fait, des voyages de whale-watching. Même que ça a été son métier, à une époque. Quand il était petit, il voulait être le commandant Cousteau. 

— Ben c’est peut-être pas plus mal qu’il ait changé de carrière, parce que là, il est tout gris. Vous savez, à un moment, il va falloir qu’il boive un truc. Ou qu’il mange. Ah, il m’a entendu. Ah, il bouge. Ah, manger, visiblement, ça va pas encore être possible. 

— Hé, chéri ! T’as vu, les orques sont là… ! Hmm. Bravo chéri, tu contribues à l’écosystème. Nourrir les poissons, c’est bien aussi. »

2019-06-17T08:27:51+02:00mercredi 19 juin 2019|Expériences en temps réel|Commentaires fermés sur Se présenter par un dialogue (exercice)

On a un mot français pour désigner la fantasy depuis douze ans et on ne m’avait jamais rien dit

Et ce titre s’appelle un test de charge pour voir comment la mise en page du nouveau site fonctionne si je mets trop de trucs dans des champs qui sont pas tellement conçus pour des expressions longues comme ça parce que voyez-vous un titre c’est censé être impactant mais bon on pourrait dire qu’il l’est quelque part même s’il n’y a pas la promesse d’une liste en huit points pour sauver la paix dans le monde ou autre chose

Donc :

fantasie, n.f.
Domaine : Littérature-Audiovisuel.
Définition : Genre situé à la croisée du merveilleux et du fantastique, qui prend ses sources dans l’histoire, les mythes, les contes et la science-fiction.
Note : La fantasie est un genre d’origine anglo-saxonne.

Legifrance

(Merci aux échanges sur Twitter)

Donc.

Donc fantasie, comme en son temps cédérom, quoi.

Donc donc donc.

La définition est très juste, remarquez, concise et efficace.

Mais, donc.

Comme dirait l’autre, je pose ça là.

2019-06-06T22:27:52+02:00mercredi 12 juin 2019|Expériences en temps réel|23 Commentaires