Déconnexion pour cause de… voyage de noces

Je l’avais menacé ! Je le fais ! Ô scandale, ô déréliction, je décide de me déconnecter totalement du métavers en gestation en-dehors de l’habituelle période des fêtes. C’est que nous partons en voyage de noces et qu’après une année 2021 compliquée, pour tout dire, j’ai décidé que ma vie perso avait le droit de prendre la priorité de temps en temps.

Du coup ! Je disparais totalement pour les trois semaines à venir, et si je ne réponds pas aux messages / mails / commentaires, ce n’est pas que j’ai décidé de snober d’un coup le monde entier, c’est que je suis sous l’eau, cette fois au sens propre, et que là, c’est chouette.

À dans trois semaines, bon début d’été !

2023-07-21T10:22:01+02:00jeudi 22 juin 2023|À ne pas manquer|Commentaires fermés sur Déconnexion pour cause de… voyage de noces

Live report : Spiritbox

J’ai vu Ghost à Rennes il y a trois semaines, et si je suis là aujourd’hui dans vos esprits par le truchement du langage et des autoroutes de l’information, ce n’est pas pour vous parler d’eux, mais de la deuxième partie, Spiritbox, qui était la sacrément bonne surprise de la soirée (même si Ghost était évidemment super).

À vue de nez, Spiritbox ferait partie du métal indus, mais offre un mélange subtilement et délicieusement malaisant sur scène entre boucles à la limite du bruitiste, une section rythmique d’une lourdeur de plomb, et un chant féminin très mélodique qui plane haut au-dessus de cette noirceur – pour basculer sans prévenir dans growls et screams torturés. Personnellement, j’ai eu l’impression de me retrouver dans une ambiance à la Twin Peaks passée à la moulinette du boucan, et cela est juste et bon.

Comme souvent, les versions studio des morceaux ne parviennent hélas pas à capturer toute l’énergie et la violence de la formation sur scène, mais ça tient quand même bigrement la route, et ça vaut, à défaut d’un concert live, une écoute très attentive si c’est votre truc. On retrouve dans le timbre de Courtney LaPlante des échos du Garbage du tournant des années 2000, mais poussé jusqu’à onze, tout comme pour les riffs qui décoiffent, et je vous prie de croire que dans mon cas, c’est pas facile. Après plusieurs EP, leur album Eternal Blue est sort en 2021.

(Pour un clip plus malaisant, allez ici.)

2023-06-19T08:37:17+02:00mercredi 21 juin 2023|Décibels|Commentaires fermés sur Live report : Spiritbox

À Melbourne

Me voilà arrivé à bon (aéro)port, avec pas tout à fait les yeux en face des trous (8h de décalage horaire, qui deviennent 10 quand les saisons s’inversent), mais ça va se tasser, comme toujours – arrivé donc à Melbourne, capitale de l’État de Victoria, considérée aussi comme la capitale culturelle et sportive du pays, et l’une des villes où la vie est la plus agréable au monde. Le Parisien repenti que j’étais jadis ne peut qu’être d’accord.

L’Australie est un État fédéral, comme les États-Unis, quoique avec beaucoup moins de parties constituantes : six États et dix territoires. Melbourne est située en Victoria, au sud-est ; et, contrairement à l’idée reçue, il n’y fait pas une chaleur à crever. Car l’Australie, c’est GRAND – à peu près la taille de l’Europe, d’Oslo à Rabat du nord au sud, de Brest à Moscou d’ouest en est. Vous savez qu’il ne fait pas le même temps en Norvège et au Maroc, et comme nous sommes dans l’hémisphère sud, les saisons sont inversées – Melbourne étant au sud, il y fait un temps beaucoup plus proche de la Bretagne (pluies incluses) que des chaleurs désertiques.

Melbourne, située sur la terre ancestrale des Wurundjeris, était à l’origine une région marécageuse qui a été drainée par les colons. La ville s’organise en quartiers qui sont en réalité autant d’agglomérations semi-indépendantes, comme sur le modèle londonien ; les zones urbaines s’articulent autour de Port Philip Bay, où se mêlent des plages très prisées comme à St Kilda, des parcs naturels à part entière comme celui de Point Nepean vers Sorrento et des quartiers résidentiels en plein développement comme dans la région de Cranbourne, vers le sud-est.

Dans le Central Business District (CBD), le “downtown” de Melbourne, sur le fleuve Yarra
Point Nepean
Point Nepean national park

Vers l’est et le nord-est, le paysage change radicalement, au point qu’il est difficile de croire qu’on se trouve dans la même ville (pour tout dire, c’est surtout une commodité administrative) : ce sont les hills (collines) où les forêts, parcs naturels et champs rendent l’urbanisation à la fois ardue et peu intéressante en comparaison des vastes plaines entourant Port Philip Bay. Les agglomérations, séparés par des kilomètres de bush et de retenues d’eau douce, y deviennent là des villages à part entière, dont la plupart se résument à quelques rues commerçantes rassemblant le bureau de poste, la bakery locale, le fish and chips (il y a toujours un fish and chips) et le comptable (il y a toujours un comptable). Rayonnent alors des rues résidentielles dont la plupart ne sont pas goudronnées, aux maisons de plus en plus isolées, voire en autonomie complète. Les hills montent progressivement en altitude vers le parc national des Yarra Ranges, où s’amorce la chaîne de montagnes qui remonte sur des milliers de kilomètres le long du flanc est du pays, en passant notamment par les Australian Alps dans le nord de Victoria.

Emerald, dans les hills

Après y avoir fait plusieurs adresses, c’est dans les hills que nous avons eu la chance de pouvoir nous installer à demeure, ce qui nous place en pleine nature, mais nous situe néanmoins à portée d’à peu près tout. Le centre de Melbourne se trouve à 1h30 de route, la mer aussi, la montagne à 4-5h, le désert à 10 – cela semble beaucoup pour la France, mais à l’échelle de l’Australie, ce n’est rien du tout ; tout est tellement vaste qu’à moins de vivre en plein cœur de Melbourne, la voiture est obligatoire pour le moindre déplacement, et les pickups et gros 4×4 sont omniprésents. Dans notre village, la poste australienne juge que nous vivons trop loin pour qu’on nous livre le courrier ; n’ayant alors pas de véhicule, j’ai un jour décidé de descendre à pied pour récupérer un colis, ce qui m’a demandé… 1h30 de marche aller-retour.

2023-06-19T08:36:32+02:00lundi 19 juin 2023|Carnets de voyage|10 Commentaires

Procrastination podcast s07e19 – Avoir une stratégie d’auteur

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : “s07e19 – Avoir une stratégie d’auteur“.

Comment s’orienter à long terme si l’on souhaite peut-être publier régulièrement, si l’on a envie de construire ce qu’on appelle communément une « carrière » – à quoi cela ressemble, et comment l’aborder ?
Mélanie n’a jamais voulu vivre à plein temps de l’écriture ; avoir une autre activité (la traduction) était le bon choix de vie et professionnel, et elle invite donc à réfléchir sur le bien-fondé de vouloir vivre purement de son art. Pour Estelle, cela correspond bien à son caractère, mais elle avertit sur la difficulté de vivre de l’écriture et le danger de se fixer cet objectif. En revanche, il est possible d’organiser son parcours conformément à ses envies artistiques !
Lionel propose trois piliers à garder en tête pour une carrière : la liberté de création (le plus important !), l’angle d’approche commercial, et la maturité technique, prenant en compte le fait que le métier change constamment.

(Note : à 12’37, Estelle voulait bien sûr parler d’« auteur fantasme » et non d’« éditeur ». Notre poditoire aura sans nul doute rectifié de lui-même)

Références citées

  • « Les Archives de Roshar », saga de Brandon Sanderson
  • Tata Estelle et ses bons conseils

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2023-07-21T10:22:19+02:00jeudi 15 juin 2023|Procrastination podcast|Commentaires fermés sur Procrastination podcast s07e19 – Avoir une stratégie d’auteur

Richard Container

Et voilà – la plupart de mes affaires ont été emballées et sont en route vers leur transport maritime, pour une arrivée prévue dans quatre mois à Melbourne. 247 colis, dont 160 de livres. Les émotions sont évidemment intenses cette semaine – c’est leur absence qui serait inquiétante ; quitter une ville où l’on a passé vingt-cinq ans, où l’on a été étudiant puis où l’on est devenu adulte, qui est devenue, sans s’en apercevoir, une partie de soi, et où, surtout, résident des cercles d’amis phénoménaux (énormes cœurs sur vous toutes et tous) ; s’éloigner de tout son entourage et de sa famille, tout cela est appelé à brasser beaucoup de choses. Ambiance charge émotionnelle cumulée des épisodes finaux de toutes tes séries préférées. Mais la vie me donnera moult et fréquentes occasions de revenir, et, pour tout le mal que j’en dis aussi, je suis infiniment reconnaissant à la communication instantanée de notre époque pour maintenir des liens par-delà l’autre bout de la planète : bref, je réitère, mais que personne n’imagine être débarrassé.e de moi (sorry not sorry).

Je déteste les entre-deux – j’aime être posé à un endroit, posséder mon “territoire” – mais c’est par conséquent une intéressante leçon de patience à recevoir. Et surtout, de splendides voyages m’attendent dans les mois à venir, de magnifiques aventures avec ma chère et tendre avec qui nous allons enfin pouvoir vivre sans l’épée de Damoclès du prochain avion, et de nouveaux défis, de nouveaux apprentissages attachés à l’établissement permanent dans une autre nation.

Puissé-je conserver toujours l’intelligence et la passion de m’y ouvrir, et de ne pas voir l’inconnu qui se dresse devant moi, mais tout le potentiel qu’il recèle !

Citations fixées au-dessus de mon bureau depuis des années (j’en ai depuis longtemps perdu les sources).

Peut-être documenterai-je mon établissement là-bas, partagerai-je à quoi la vie en Australie ressemble vraiment, à présent que c’est concret. (Ça vous branche ou bien pitié, non, t’en parles assez comme ça ?)

2023-06-11T23:09:20+02:00lundi 12 juin 2023|Carnets de voyage|4 Commentaires

Ça déménage

Un petit mot rapide pour prévenir que si mon activité en ligne et notamment ici (où mes analyses dont la fulgurance me vaudra à n’en pas douter un juteux mandat à venir de la part de McKinsey) (allô ?), c’est que je suis en train de déménager à l’autre bout du monde, ce qui s’accompagne d’un certain nombre de disruptions au quotidien, notamment le fait de devoir rendre ma Livebox à qui de droit.

Ainsi se clôt mon vaste et épique (il faut toujours penser que tout ce que vous faites est épique. Lavez-vous les dents avec de l’Immediate Music dans les oreilles) chapitre rennais, où j’ai passé quand même 25 ans depuis mon arrivée pour mes études, et où j’ai fait quatre adresses dans un rayon de cent mètres (dont deux appartements dans le même immeuble). Il était donc logique que je m’envole à 17000 km après avoir accumulé tous ces points de karma de déménagement. (Même si, comme je le répète ad nauseam, je ne disparais pas entièrement du paysage : je reviendrai une à deux fois par an en France pour salons et publications.)

Fun fact : vue l’ampleur de la tâche (j’ai quelque chose comme 2500 bouquins) et l’importance de la distance, j’ai pris une formule où les déménageurs réalisent eux-mêmes emballages et cartons. Quatre d’entre eux sont venus, dont un pour qui c’était le premier jour dans l’entreprise. Sitôt le seuil de mon humble demeure franchi, celui-ci a constaté ce qui l’attendait, a pris peur et a démissionné sur-le-champ. Je ne sais pas si je dois être désolé pour lui ou fier ? Je vais pencher vers la fierté. Voilà.

Petite annonce à venir aussi, je vais avoir deux périodes de déconnexion complète cet été, une assez longue et une assez beaucoup longue, pour raisons personnelles de voyage de noces et visites familiales. Ce ne sera donc pas que j’ai fui la France pour ne pas rendre La Succession des Âges. De toute façon, l’Australie a un accord d’extradition avec la France.

2023-06-19T07:24:33+02:00mercredi 7 juin 2023|Journal|9 Commentaires

Toutes les rediffusions des tables rondes de Nice Fictions sont en ligne

Et c’est quand même très chouette – tout le programme de Nice Fictions étant disponible en hybride (sur place ou à distance) et diffusé en temps réel, vous pouvez dès maintenant tout revoir et vous podcaster. Rendez-vous sur le site pour contempler le menu de ce buffet à volonté de l’intellect et de l’imaginaire, et en faire bombance ! (Je suis lyrique si je veux. Si Rabelais avait vécu à notre époque, Gargantua bingerait des festivals d’imaginaire.) (Ça n’engage que moi.)

Pour mon humble part j’avais participé à deux d’entre elles, disponibles ci-dessous.

Écriture, jardiniers vs architectes

IA et arts

2023-06-04T08:53:16+02:00lundi 5 juin 2023|Entretiens|Commentaires fermés sur Toutes les rediffusions des tables rondes de Nice Fictions sont en ligne

Procrastination podcast s07e18 – L’évolution des méthodes de travail

procrastination-logo-texte

Deux semaines ont passé, et le nouvel épisode de Procrastination, notre podcast sur l’écriture en quinze minutes, est disponible ! Au programme : “s07e18 – L’évolution des méthodes de travail“.

Prenons de la hauteur : cette quinzaine, Procrastination s’intéresse à l’évolution des méthodes de travail dans le temps, aux mutations de long terme dans l’approche de l’écriture – si elles existent !
Lionel compare la pratique artistique à un apprentissage éternel similaire à celui des arts martiaux, où la maîtrise est davantage un processus qu’un état. Pour Estelle, avant toute chose, tous les projets sont différents, mais l’expérience est heureusement utile. Elle met en avant l’importance du milieu littéraire et l’évolution des contextes éditoriaux dans la construction d’une œuvre, et de la conversation qu’établit celle-ci avec son époque. Mélanie parle davantage d’évolution personnelle au fil des ans plutôt que de changement de méthode pratique, et expose comment, plutôt que de s’en tenir à de la technique, elle suit toujours davantage ce qui l’appelle naturellement.

Références citées

  • J. R. R. Tolkien
  • Stardew Valley, jeu vidéo édité par Chucklefish Games
  • Animal Crossing, licence de jeu vidéo éditée par Nintendo

Procrastination est hébergé par Elbakin.net et disponible à travers tous les grands fournisseurs et agrégateurs de podcasts :

Bonne écoute !

2023-06-20T11:01:36+02:00jeudi 1 juin 2023|Procrastination podcast|Commentaires fermés sur Procrastination podcast s07e18 – L’évolution des méthodes de travail

Titre