Évolutions de la lettre d’informations (KWI) – important pour vos abonnements

Petite annonce de service et de maintenance : j’en parlais depuis un moment, et mes idées se sont à peu près décantées. Il est temps que la lettre d’informations du site (KWI) évolue… et surtout se simplifie grandement. Et après avoir réfléchi et regardé un peu ce qui se faisait ailleurs, je crois être parvenu à une solution convenable.

La situation actuelle (et pourquoi elle est confusante1)

La situation actuelle, disons-le franchement, est à peu près incompréhensible pour tout le monde. Actuellement, la lettre d’informations connaît deux « étages » :
  • Toutes les semaines, un résumé automatisé de l’activité du blog est envoyé à tous les abonnés ;
  • De temps en temps, j’envoie en plus une lettre personnelle pour signaler un événement majeur (la parution toute récente de Le Verrou du Fleuve, par exemple).
Or, on peut être abonné à l’un, l’autre, les deux, et typiquement, si on est abonné au premier, on l’est au second, mais pas inversement. Bref, on n’y pige rien, et je constate que pas mal d’abonnés à la liste s’en retirent deux semaines plus tard, probablement parce que les messages automatisés les gonflent, et je comprends tout à fait. C’est un vieil héritage des toutes premières versions du site où j’offrais de suivre l’actualité des publications et/ou les expériences en temps réel du blog, pensant que si l’on était intéressé par les secondes, on l’était par les premières mais que l’inverse était certainement faux. Des années de blogging et aussi, il faut bien le dire, l’évolution de mon activité d’auteur m’ont donné tort – on est très rarement intéressé par les premières seules. Donc, on va simplifier tout ça.

My Master Plan

M’inspirant fortement de ce que fait David Sparks, je projette d’unifier ces deux contenus en une seule lettre mensuelle plus personnelle. Elle proposera deux choses :
  • Un aperçu un peu plus détaillé de ce sur quoi je travaille, de l’endroit où je me trouve, etc. Des choses que je partage assez rarement sur le site, finalement, mais que je me sentirais plus à même de partager dans le contexte un peu plus personnel du courrier électronique. Une sorte d’aperçu des coulisses, en gros – si vous me faites le plaisir de vouloir recevoir mes actus dans votre boîte de réception, le moins que je puisse faire, c’est ajouter un peu de valeur !
  • Un résumé mensuel des articles les plus importants du blog, pour vous assurer que vous n’ayez rien raté (avec les vicissitudes des réseaux sociaux).

Et si je veux continuer à recevoir le blog plus régulièrement ?

Ma foi, vous avez bien raison, et tout le monde devrait suivre votre exemple. Vous êtes certainement très beau ou belle. Choisissez, je suis pas sectaire. Bref. Il existe déjà moult canaux pour ce faire :
  • La page Facebook, évidemment – pour bien recevoir les notifications à l’heure, n’oubliez pas de cocher « Voir en premier » dans les paramètres de votre abonnement à la page (voir ci-contre) ;
  • Twitter – mais c’est volatil, je sais ;
  • Le flux RSS – oui, ça existe toujours et c’est vachement pratique ; je m’y suis récemment remis et je prépare une petite série d’articles sur les chouettes manières de s’en servir pour rester informé sans la bulle de filtrage des réseaux sociaux.
Et si vous voulez continuer à recevoir le blog par mail ? Je sais que quelques personnes sont attachées à cette fonctionnalité, or il me semble que ce sont plutôt des personnes douées techniquement. La solution consiste typiquement à convertir le flux RSS du site ( http://feeds.feedburner.com/lioneldavoust ) en alertes courriel. Deux solutions pour ce faire :
  • Utiliser un service type Blogtrottr (entrez l’adresse du flux à gauche, votre adresse à droite, et c’est parti) ;
  • Ou, plus technique, un service type IFTTT / Zapier (justement pour les plus technophiles d’entre vous) qui fasse la même chose (des tas de recettes disponibles peuvent même brancher le flux directement sur votre plate-forme de lecture préférée, type Instapaper ou Pocket par exemple).
J’espère que cela rendra les choses plus simples et intéressantes pour tout le monde. Mais n’hésitez pas, si ces perspectives vous hérissent, à le signaler en commentaires. Rien n’est fait, et si ça ne plaît à personne, je ne fais rien, hein (une activité toujours séduisante, bien entendu).
  1. Du verbe confuser. Ben quoi ?
2018-03-25T19:51:13+02:00lundi 26 mars 2018|À ne pas manquer|2 Commentaires

Léger changement quant à la revue de presse

jesus_for_lease

Tout à fait, cette image n’a aucun rapport.

Toujours en mouvement est l’avenir, et toujours en mouvement est un site web : les chroniques des livres tombent toujours régulièrement (merci encore à vous, chroniqueurs, critiques, blogueurs, pour votre suivi fidèle et votre enthousiasme !) et je tiens à les relayer ; le problème (que je vois sur les statistiques de la newsletter, notamment), c’est que ça peut vite virer à l’ego-spam (« regarde comme je suis trop fort, deux fois par semaine : maintenant achète mes livres, gros naze »), ce qui est un tout petit peu aux antipodes de l’atmosphère souhaitée et de mes intentions. Changement donc de régime (si j’ai correctement injecté la faille XSS dans la clé primaire de la jonction SQL du noyau Windows Media) :
  • La revue de presse disparaît de la newsletter (car je suppose que ce n’est pas prioritairement pour ça que les gens suivent le blog) ;
  • Relai direct des articles sur les réseaux sociaux (au lieu de renvoyer vers l’entrefilet du blog, qui renvoie ensuite vers la chronique) ;
  • Rien ne change dans le flux RSS (à la fois parce que c’est plus compliqué à faire, mais aussi parce qu’un flux RSS se survole plus facilement).
Mieux, moins bien ? Tu t’en balances, auguste lectorat ? Dis-moi tout en commentaires (et le premier qui poste « tout » sera fusillé d’un regard noir doublé d’un discret pouffement). Ah, et sinon, le moment est peut-être bien choisi pour dire que j’envisage tout doucement une version 6 de cette plate-forme, notamment avec un meilleur support des mobiles et (tadam !) une boutique centralisée pour commander les livres chez ceux qui les vendent, notamment en numérique (car… du numérique va commencer à arriver en 2015) – et peut-être bien d’autres trucs (j’ai quelques idées qui me semblent intéressantes car utiles et un peu différentes de ce qu’on voit d’habitude). Dans l’ensemble, toutefois, cette version 5 ayant, me semble-t-il, fait ses preuves, la refonte sera moins drastique que pour les versions précédentes et l’organisation restera globalement la même. (Pour mesurer le chemin parcouru, j’ai gardé des captures d’écran des vieilles versions du site, notamment de la première de 2007, et OMG que c’était moche à l’époque.)
2015-01-21T10:55:02+02:00jeudi 22 janvier 2015|Dernières nouvelles|7 Commentaires

La newsletter fait peau neuve

lolcat_newsletterSalutations, auguste lectorat ! Dans l’optique d’une accélération de ma portée produit et d’un renforcement de ma stratégie online dans le but d’accroître ma visibilité auprès des influencers, je suis heureux de t’annoncer que je viens d’embaucher un escl… un robot tout neuf pour gérer ma liste de diffusion, prénommé Lucien en hommage à mon ancien doppelgänger, depuis terrassé au cours d’un combat fratricide sur un ancien cimetière indien. Il faudra que je te raconte ça un jour, c’est passionnant. Bien. Je change donc de système de diffusion pour ma liste, adoptant un système plus professionnel, mieux fichu, et surtout, je l’espère, plus transparent. En principe, vous ne devriez pas avoir remarqué la transition, qui a déjà eu lieu, à part que les mails arrivent davantage à l’heure et sont plus jolis. Lucien a aussi beaucoup travaillé pour écrire des messages de bienvenue plus sympathiques et pour rendre l’utilisation de l’outil plus facile. Bravo, Lucien. Susucre. marvin_assemblyPour information,
  • Le résumé hebdomadaire des derniers articles du blog est toujours envoyé le mercredi matin à l’aube. 
  • Il y a une deuxième liste, qui ne représente qu’une poignée de mails par an, visant à informer sur mes grandes actualités : publications, programmes de dédicaces, etc. 
Il est possible de s’abonner à l’une et/ou à l’autre et de changer à la volée. Par défaut, les nouveaux abonnés sont inscrits aux deux (pour simplifier le processus). Exit le petit sondage qui ne motivait pas grand-monde et qui ne m’apprenait donc pas grand-chose. Version courte : ça ne change pas sauf quand c’est mieux. Comme toujours, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires sur le système. Et si vous n’êtes pas inscrit-e mais que, décidément, vous mourrez d’envie de le faire – et comme je vous comprends ! Ô, dieux, que je vous comprends ! – Lucien a obligeamment recollé un formulaire là-dessous. Entrez votre mail, et la bobinette cherra.  [wysija_form id= »1″]
2014-09-01T11:18:29+02:00jeudi 4 septembre 2014|À ne pas manquer|6 Commentaires

Le racket de Facebook : pourquoi vous ne verrez plus le contenu qui vous intéresse

Facebook, connu pour ses méthodes cavalières, son attitude monopolistique, son usage moins que reluisant des données personnelles, vient de franchir un nouveau cap d’indécence. Lisez bien ce qui suit, car cela vous concerne, que vous soyez un utilisateur simple ou un communicant, dans votre droit à parler et à être entendu sur le premier réseau social mondial. Facebook abuse de sa position dominante en prenant ses utilisateurs en otage d’une façon proprement intolérable. Autrefois (il y a un an), quand vous postiez une nouvelle sur votre mur ou votre page (« Je me suis marié ! » ou bien « J’ai publié un nouveau livre ! »), tous vos amis, tous ceux qui s’étaient abonné à votre page, la voyaient1. C’est normal : à la base, si vous êtes ami avec quelqu’un, ou si vous « aimez » sa page, c’est que vous être intéressé(e) par ce que la personne ou le groupe en face veut vous dire. Vous voulez l’entendre, ou du moins le savoir. Mettons, pour faire simple, que c’est une forme d’abonnement. Sauf que non. L’équation – calculée par Dangerous Minds dans cet article, sur lequel se fonde le présent billet et dont je ne fais que reprendre les conclusions – est d’une terrible et scandaleuse simplicité. Curieusement, depuis plusieurs mois, la portée des contenus baisse artificiellement – ceux-ci ne sont vus que par 15% des personnes qui vous suivent et amis. Comme par hasard, Facebook propose une solution : pour toucher les 85% restants… Payez. Soit, payez pour parler à vos amis, vos clients, vos lecteurs, votre famille – ce que vous êtes censé faire naturellement sur un outil comme Facebook. Si vous publiez une nouvelle, un article sur votre mur ou votre page : vous pouvez payer Facebook pour « promouvoir » ce contenu et s’assurer qu’il soit davantage visible auprès de vos abonnés. Sinon… il a toutes les chances de tomber aux oubliettes. Tant pis pour vous. En tant qu’utilisateur simple du réseau, cela signifie que vous ne verrez plus forcément le contenu qui vous intéresse, pour lequel vous avez accepté de recevoir des mises à jour : groupes de musique, écrivains, blogs… Mais aussi vos amis : votre soeur a perdu son chat, votre frère a eu un bébé, votre neveu a eu son bac, votre maman a organisé une sortie au musée – vous aurez de grandes chances de l’ignorer, à moins d’aller manuellement sur la page, de faire partie des 15%, ou que les personnes en question aient payé pour promouvoir leur statut… Plus que ridicule : scandaleux, une véritable prise d’otage, un racket parfaitement mafieux. Se rendre indispensable en montrant (plus ou moins) patte blanche, puis, une fois la position dominante atteinte, dire « maintenant, pour continuer à utiliser dans des conditions normales un outil qui fait partie de votre vie, il va falloir passer à la caisse ». « Facebook, est gratuit et le sera toujours » ? Ben tiens. Pour un petit blog, un groupe de musique indépendant, un auteur comme moi, en plus d’être scandalisé par la pratique, cela ne vaut pas le coup. Payer 5$ par article de blog que je voudrais promouvoir ? Je vais un salon, je devrais débourser 5$ pour que cette nouvelle puisse vous atteindre ? Quel type de communication est-ce là ? Je n’ai pas 15$ par mois à mettre dans la poche de Zuckerberg. C’est déjà – quand ça marche convenablement – ce que je touche en droits d’auteur pour un salon littéraire entier ! Et je ne vous parle pas des pages – jetez un oeil aux tarifs : Imaginez le coût que cela représente si vous gérez un blog pro publiant 5 articles par jour… Je vous encourage vivement à faire circuler l’information. Facebook est déjà une entreprise parfaitement prospère, cette opération n’est qu’un mouvement purement avide et scandaleux qui achève de me la rendre détestable. Je m’y trouvais pour les amis et aussi pour créer ce qu’on fait ici : une communauté sympa où la discussion est intéressante et fournie. Si je ne peux plus communiquer avec vous – je ne parle pas des nouvelles éditoriales ou de mon actu littéraire, simplement de vous parler, bon sang, c’est ma raison première d’avoir un blog – qu’est-ce que je fais là-bas ? Heureusement, il y a d’autres solutions que Facebook pour se tenir au courant.

Comment faire pour rester informé ?

Il existe d’autres réseaux sociaux qui n’ont pas – pour l’instant – introduit ce genre de fonctionnement haïssable. Twitter est le premier, mais il est par nature volatile. Google+, en est un autre, et il est calqué sur Facebook – si vous avez un compte GMail, l’inscription est transparente ; enfin, pour les tenants du libre, le projet Diaspora se veut être un réseau open source (J’avais annoncé mon départ des deux derniers pour des raisons que je pense toujours, mais face au geste de Facebook, j’y reviens.). Toutefois, il existe d’autres façons de faire, plus anciennes et surtout plus libres, et ce site vous les a toujours proposées. La plus simple est le flux RSS. Un flux RSS est un canal d’information fourni par un site qui contient les nouveautés publiées sur celui-ci – exactement comme le flux d’informations d’une page Facebook. C’est une solution gratuite, standard, que personne ne prendra jamais en otage. Pour en profiter, il suffit d’employer un logiciel – souvent intégré au navigateur, donc très simple – qui permette de lire ces flux et vous en tenir informé. C’est aussi simple que d’utiliser Facebook, et vous pouvez classer vos abonnements comme bon vous semble. Les deux solutions les plus populaires sont Google Reader et Netvibes. Il suffit d’ouvrir un compte, puis de vous abonner chaque fois qu’un site vous intéresse et qu’il propose un flux (icône ci-contre). Le flux principal de ce site est à l’adresse suivante :

http://feeds.feedburner.com/lioneldavoust

Enfin, il y a la lettre d’informations. Encore plus simple : après abonnement, les nouvelles vous arrivent directement par mail. On rechigne parfois à s’y inscrire, ce qui est compréhensible, car cela ajoute encore au volume de courrier électronique que l’on reçoit. En ce qui me concerne, ma liste a un trafic très réduit, et propose deux « niveaux » d’abonnement. Le niveau « basique » n’envoie que les nouvelles les plus importantes (les actus éditoriales), ce qui représente très peu de messages. De manière optionnelle, il est possible de s’abonner également au blog – de recevoir une notification à chaque nouvel article. Si vous souhaitez vous abonner, c’est ici.

Ce que cela signifie pour moi (et donc, pour vous et moi)

Pourquoi, finalement, suis-je sur les réseaux sociaux ? Je l’ai dit plus haut, j’y suis pour la même raison que je tiens un blog : parce que j’aime tenir un bar. J’ai lu il y a longtemps sur la liste de discussion SFFranco – je ne sais plus par qui – que l’écrivain pouvait s’apparenter à un chamane moderne : il part en des lieux étranges, en lui-même, et il en rapporte des histoires pour partager avecsla tribu. Cela ne recouvre pas tous les méandres de la complexité affective du métier, mais j’aime assez. Je blogue, je suis sur les réseaux sociaux, je partage récits de voyage, aventures, photos, technique d’écriture, articles sur le métier, un peu pour la même raison : pour tenir un lieu de discussion sympa (bien sûr, je parle aussi de mon actu, mais il faut bien faire tourner la boutique), pour nous fédérer, vous et moi. Si je ne peux plus faire ça correctement – ou alors, en mettant la main au portefeuille – pourquoi rester ? Merci, Facebook, de ce petit réveil-matin, de ce rappel qu’à s’en remettre à une entreprise tierce, on ne demande qu’à être menotté. Au lieu de diluer mon énergie sur des réseaux qui ne m’appartiennent pas, je vais me replier sur ce qui m’appartient : ce site, ce blog, où je suis propriétaire de l’intégralité du contenu, où je suis le patron incontesté. Je ne déserte pas FB, G+; Twitter pour autant, où les articles et certains liens idiots continueront à être répercutés, mais j’y glanderai beaucoup moins – à quoi bon ? -, et vais m’employer à re-déporter la conversation et l’activité ici. En prévision, je vais déménager le serveur sur une plus grosse machine dès que j’aurai une fenêtre de tir, afin de supporter la potentielle montée en charge. Je vais, contraint et forcé, « promouvoir » cet article sur Facebook – ce sera la première et dernière fois que Zuckerberg recevera mes 5$. Je vous invite très vivement, dès maintenant, à : Pour ne pas perdre le contact si les articles sérieux ou moins sérieux, si l’actu littéraire, ou tout à la fois, vous intéressent ici. Car si vous ne comptez que sur les réseaux sociaux, nous risquons de nous perdre. Faites tourner l’information, s’il vous plaît. Facebook joue beaucoup sur la désinformation et le manque de maîtrise de ses utilisateurs, et ce scandale doit être exposé.
  1. Pondéré par des algorithmes de popularité, mais n’entrons pas là-dedans.
2012-11-02T22:59:52+02:00lundi 29 octobre 2012|À ne pas manquer|97 Commentaires

Unification et changement des listes de diffusion

Il était grand temps de s’y coller : le système de notification des informations par mail est plutôt apprécié et utilisé, mais il était bancal depuis un moment. Les listes de diffusion changent donc dès à présent, fondées sur un autre système que j’espère plus robuste et plus agréable à employer pour tous. Si vous êtes abonné(e) à l’un des anciens systèmes, vous devriez recevoir sous 24h ce message, expliquant les évolutions.
Bonjour, Vous recevez ce message car, actuellement ou autrefois, vous m’avez aimablement signifié votre intérêt pour mes activités de publication :
  • Soit de visu,
  • Soit parce que vous étiez déjà abonné(e) à une ou plusieurs de mes listes de diffusion (Actu, ou Actu + blog, ou l’ancienne KWI).
Et je vous en remercie. En raison de déboires et d’insatisfactions diverses avec mes systèmes de diffusion actuels (messages arrivant trop tard, beaucoup trop d’envois alors que je m’étais toujours engagé à conserver un trafic raisonnable), j’ai résolu de changer mes listes pour un système plus simple, et que j’espère plus fonctionnel. Si vous recevez ce message, c’est que vous êtes inscrit(e) à ce nouveau système. Si d’ores et déjà, vous savez que cela ne vous intéresse pas, je vous invite à cliquer sur le lien suivant : [Votre lien de désabonnement.] Votre adresse sera aussitôt supprimée du système sans aucune question et vous ne recevrez plus jamais ce genre de courrier de ma part. Dans le cas contraire, bienvenue. 🙂 Cette liste de diffusion vous propose deux niveaux d’information :
  • Recevoir les messages les plus importants relatifs à l’actualité des publications, des déplacements, etc. C’est le niveau « de base », par défaut. Seulement les nouvelles les plus importantes sont signalées : sortie d’un nouveau livre, d’une nouvelle, annonces de dédicaces, et ainsi de suite. (Pour les utilisateurs de l’ancien système, cela représente beaucoup moins de trafic que la liste actuelle « Actu » : n’y figurent notamment pas les revues de presse.)
  • En complément, si vous le désirez, vous pouvez recevoir une notification par courrier électronique à chaque publication d’un nouvel article sur le blog (sous forme d’un résumé automatique), ce qui vous permet de vous y rendre le cas échéant. (Niveau « complet ».)
Il vous est donc possible de contrôler manuellement la quantité d’information que vous souhaitez recevoir en fonction de votre intérêt à partir d’un unique outil. Ceci se contrôle dorénavant via une page de profil personnalisée, à l’adresse suivante : [Votre lien de profil.] Ce lien vous est propre ; conservez-le en lieu sûr. Sur cette page, vous pouvez souscrire au blog en plus de l’actualité seule, et donner, si vous le désirez, quelques petites informations supplémentaires sur ce que vous appréciez de trouver sur le site. Il va sans dire que ces informations sont totalement confidentielles et que votre adresse ne sera jamais transmise à une tierce partie. Si vous étiez abonné(e) aux anciens systèmes et que tout s’est bien passé dans l’import des anciennes données (on croise les doigts…), vous n’avez rien à paramétrer.
  • Si vous étiez intéressé(e) par l’actualité des publications, abonné(e) à l’ancienne liste Actu ou l’ancienne KWI, vous ne recevrez donc que les actualités principales, sous cette présente forme ; la liste d’informations « KWI ». Il vous est bien sûr possible de souscrire au blog en plus, via votre page de profil.
  • Si vous étiez abonné(e) par mail à la liste Actu + blog, vous êtes abonné(e) aux deux niveaux de liste (actus importantes et notifications du blog).
J’espère que ce système vous conviendra et qu’il réglera les petits soucis que nous avons pu rencontrer avec les incarnations précédentes de cet outil de communication. Toutefois, comme, en général, rien ne marche du premier coup en informatique, je vous invite à me signaler tout problème relatif à la réception de vos courriers, ou à la gestion de votre profil. J’ai besoin de votre aide pour m’assurer que tout marche bien. Notamment, si vous êtes abonné(e) au blog et que vous n’avez reçu aucune notification pour le blog en deux jours, quelque chose coince. Envoyez-moi un mail ou laissez un commentaire sur le site. Merci de votre aide et de votre patience pendant les travaux. J’espère que ce nouveau système sera le bon ; bien sûr, n’hésitez pas à me faire part de vos avis et remarques ! Bien amicalement à vous, Lionel Davoust
Si vous n’êtes pas inscrit(e) mais qu’un tel abonnement vous intéresse, il est bien entendu possible de souscrire, à la lettre d’actus, ou à la lettre d’actus + les notifications du blog, sur cette page. J’espère que ces altérations vous satisferont ; bien entendu, n’hésitez pas à réagir en commentaires !
2012-05-10T19:25:38+02:00jeudi 10 mai 2012|À ne pas manquer|2 Commentaires

Nouveaux flux d’information, nouvelle newsletter

La mise à jour du site se poursuit et les nouveautés concernent aujourd’hui la façon de recevoir les informations en-dehors du site. J’ai toujours tenu à séparer plus ou moins clairement le flux d’information du blog de celui des nouveautés ; il me semble que l’on peut avoir envie de se tenir au courant de l’actu des publications sans forcément vouloir suivre les articles du blog. J’avais retiré momentanément cette fonctionnalité lors du passage chez FeedBurner, mais, maintenant que tous les flux sont à peu près calibrés en interne, je peux à nouveau faire ce que je veux.

Flux RSS

Question flux, il est à présent possible de rester connecté au site de trois manières différentes :

Rester informé par courriel

C’était une fonctionnalité d’Over-blog que j’ai perdue lors de mon plongeon à la Johnny Wessmüller vers l’indépendance : recevoir par mail une notification quand un nouvel article est posté. On me l’avait redemandée et, grâce à FeedBurner, il m’est enfin possible de vous la fournir à nouveau. Il s’agit, tout simplement, de recevoir par mail, une fois par jour, un message vous redirigeant vers les articles du jour (s’il y en a). Au pied de chaque page, vous trouverez deux formulaires correspondant chacun à un des flux RSS principaux : un pour l’actu seule, un pour le blog complet + actu. Si vous préférez recevoir des alertes par mail, n’hésitez pas à vous inscrire à l’un des deux.

Rest in peace, KWI

Comme je le disais aussi lundi, le maître-mot de la v4 de ce site est l’automatisation des tâches de mon côté afin de me faire gagner un temps précieux que je peux occuper à des choses plus intéressantes que faire des copier-coller, comme discuter avec vous ou écrire des histoires. L’ancienne lettre d’informations par mail, [KWI], disparaît donc : l’alimenter était fastidieux de mon côté. En plus de manipulations nombreuses que j’oubliais même parfois de faire, elle pouvait nécessiter la rédaction d’une version spécifique des informations. Elle se trouve remplacée par l’abonnement par mail au flux d’actualités. La fonctionnalité subsiste donc. Si vous êtes abonné à KWI, je ne peux pas vous faire migrer automatiquement vers ce nouveau service, hélas. Mais c’est très simple. Vous devriez déjà avoir reçu un dernier mail d’informations expliquant la migration, et un autre vous invitant à rejoindre l’abonnement par mail au flux FeedBurner d’actu. Il vous suffit de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien fourni dans le mail envoyé par FeedBurner – ou l’ignorer si vous ne souhaitez plus recevoir ces infos, ou encore si vous préférez vous abonner au flux complet (rendez-vous en pied de page). Voilà pour les nouveautés de la v4.0.3. Si vous avez des questions, notamment pour les non-geeks à qui je parle chinois depuis lundi, n’hésitez pas ! Description fort juste de la fonction printf() trouvée ici. Il y a d’autres couvertures bidon O’Reilly, si c’est votre genre de lolz.
2011-05-06T00:56:56+02:00mercredi 4 mai 2011|Actu|Commentaires fermés sur Nouveaux flux d’information, nouvelle newsletter